Fibre optique : le désengagement des opérateurs ?

14

Lors d’un colloque organisé par l’Arcep, mardi, Maxime Lombardini, DG du groupe Iliad/Free, s’est exprimé sur le déploiement de la fibre optique en France.

Si officiellement, le groupe Iliad continue à investir dans la fibre, comme il l’a récemment rappelé, on peut constater une certaine réticence à s’y engager pleinement. Comme le relèvent Les Échos, Maxime Lombardini a indiqué que le cuivre utilisé sur les lignes téléphoniques avait « encore beaucoup à donner », ainsi que le satellite et le câble.

Le DG de Free souligne que « l’appétit n’est pas si grand que ça » pour la fibre, et rappelé le côté peu rentable de la technologie pour un opérateur : « 2 milliards d’euros dans le sol pour 250.000 abonnés », a-t-il précisé.

Le journal souligne que Free va perdre son statut de premier investisseur FTTH français cette année, face à France Télécom qui double son investissement et passe ainsi à 300 millions d’euros par an. Pour Free, il serait plus intéressant de louer la fibre posée par l’opérateur historique, plutôt que de déployer lui-même à travers toute la France.

Free n’est pas seul à revoir ses ambitions sur le FTTH : SFR a ainsi été rappelé à l’ordre par Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Économie numérique, pour lui rappeler ses engagements sur la fibre. L’opérateur au carré rouge, qui s’attend à une baisse importante de ses résultats cette année (de 12 à 15%), envisage de réduire sa contribution au déploiement de fibre en France.

Du côté de France Télécom, la tendance agace. « Sur le terrain, on se sent un peu seuls pour déployer la fibre depuis 3 ou 4 mois », rapporte-t-on chez l’opérateur. Défavorable au projet “France Fibre” porté par le gouvernement, Pierre Louette, directeur général adjoint de FT, y voit surtout une « ardoise magique » qui permet d’effacer les promesses d’investissement des opérateurs, en attendant un hypothétique plan de déploiement national qui n’arrive pas.

Source : Les Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

14 commentaires

  1. Je suis un des rares abonnés fibre de free après un véritable parcours du combattant (qui a commencé lors des réunions de syndic). Aujourd'hui même j'ai reçu le câble qui me permet de profiter de débits hallucinants (pas la peine de faire des jaloux) mais comme rien n'est parfait, pour l'instant je suis retourné à l'ADSL pour pouvoir profiter de la téléphonie puisque la bascule prend quelques jours d'après le SAV free.
    Au passage, 20/20 au service technique qui répond immédiatement et de façon pertinente ce qui n'a pas toujours été le cas par le passé.

  2. Moi je trouve ça plutôt bien qu'un seul opérateur se charge de déployer la Fibre Optique si on lui apporte des moyens aussi.
    Il vaut mieux être seul à déployer que d'être 2 ou 3 à tenter de faire quelque chose qui va s'essouffler.

  3. Il parait étrange de s'étonner du désengagement des opérateurs: leurs marges servaient en partie à financer les infrastructures d'avenir. Or, les infrastructures sont typiquement des investissements dont la rentabilité est sur le  moyen et long terme. La fibre est un bon exemple.
    Plus de marges suffisantes, plus d'investissements à rentabilité lointaine.
    Désormais, les opérateurs investissent sur des projets à rentabilité  court terme.
    Pour le moyen et long terme, c'est probablement le contribuable qui paiera.
    Ou bien le Plan Fibre sera abandonné suite au déploiement de technologies alternatives moins couteuses et plus rapides à déployer, ou bien abandonné faute de financement.

  4. et il faut mettre du contenu en face pour rentabiliser le truc !
    A quoi servent des débits hallucinants pour surfer et lire ses mails ?
    Les télés interconnectées peinent à arriver et la concurrence du VDSL n'arrangera pas les choses...

  5. Réagir sur le forum