Bouygues s’oppose au multi-fibre

9

Depuis le choix d’une architecture multifibre jusque dans les immeubles en zones très denses, décrété par l’Arcep fin 2009, on croyait l’affaire entendue. C’était trop beau pour être vrai : Martin Bouygues (Bouygues Telecom), subitement inquiet, a décidé de contester cet aspect du déploiement.

Même Orange avait fini par se plier aux règles définies par le régulateur, bon gré, mal gré. Martin Bouygues, de son côté, ne l’entend pas de cette oreille ; le remuant patron a demandé à rencontrer Jean-Ludovic Silicani, président de l’Arcep, la semaine dernière, pour se plaindre du choix d’une architecture multifibre au sein des immeubles en zones très denses.

« Développer quatre fibres dans les immeubles alors qu’on ne sait même pas en saturer une seule est inutile et coûtera 5 milliards d’euros. C’est comme si on demandait aux opérateurs d’électricité de créer des réseaux parallèles ! », a notamment déclaré Bouygues à la presse.

Lors de son entretien avec l’Autorité de régulation, il a fait part de ses inquiétudes vis-à-vis de ce qu’il considère comme un risque de « distorsion de concurrence ». Le “petit” opérateur sur le marché de l’Internet craint en effet de ne pas pouvoir rentabiliser facilement ses investissements dans un réseau de fibre optique. Il lui faudra très probablement louer de la fibre à un autre opérateur, mais à quel prix ? « Il n’y a pas de règle de partage pour l’infrastructure horizontale », dénonçait déjà le PDG, il y a un mois. Rappelons que l’Arcep discute toujours actuellement des tarifs de gros avec les trois principaux intéressés : Orange, Iliad et SFR.

Finalement, estimant ne pas être en mesure de lutter à armes égales avec les réseaux de ses trois concurrents, en l’absence de gain de cause du côté du régulateur, Martin Bouygues en appellera à l’Autorité de la concurrence. Comme un arrière-goût de déjà vu ?

Source : Les Echos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

9 commentaires

  1. M. Bouygues n'a qu'à laisser les autres déployer et louer leurs fibres ! Ah c'est encore moins avantageux pour lui ? Ben voilà, le choix est fait.

  2. Sacré martin, toujours le bon mot pour foutre le bordel... Au pire ton amis NS sera là pour t'aider. Il faut arrêter maintenant, l'affaire était régler et enfin on pouvait lancer le projet. Vraiment énervant ce type.

  3. Monsieur Martin n'en a peut-être pas assez d'être en permanence aux crochets des collectivités de toutes sortes avec son activité principale, il faut désormais pomper ailleurs pour assurer ses fins de mois??? Faut qu'il se dépêche, son principal sponsor n'a plus que 2 ans pour le gaver...

  4. Encore un qui n'a jamais touché un fil électrique de sa vie! Sans être électricien, je sais que si la demande est forte en électricité, on met un fil de section plus importante! On pourra lui dire que c'est comme si on faisait une tranché de 100m pour y mettre un fil électrique d'1,5 en pensant mettre une ampoule au fond du jardin sans se dire qu'un jour, y'aura peut être un barbecue électrique, une piscine et pourquoi pas une dépendance... Les usages évolue et personne ne force Bouygues à faire de la fibre optique :D

  5. Oui en échange de qq avantage NS va lui donner raison :)

    yannlebeau a écrit :
    Sacré martin, toujours le bon mot pour foutre le bordel... Au pire ton amis NS sera là pour t'aider. Il faut arrêter maintenant, l'affaire était régler et enfin on pouvait lancer le projet. Vraiment énervant ce type.

  6. Pour information, la question posée concerne la tarification des redevances à appliquer entre les opérateurs de la fibre. Leurs propositions ont été jugées trop élevées par l'ARCEP, d'après Les Echos de ce matin. C'est sur ce point que BoT appuie très naturellement. Pour autant, si l'ARCEP ne reviendra certainement pas sur sa position sur le multiifibre, l'argument de BoT sur le surinvestissement qu'elle entraîne n'est pas faux.

  7. Kami78 a écrit :
    Pour information, la question posée concerne la tarification des redevances à appliquer entre les opérateurs de la fibre. Leurs propositions ont été jugées trop élevées par l'ARCEP, d'après Les Echos de ce matin. C'est sur ce point que BoT appuie très naturellement.
    Les propositions sont certes élevées... mais par rapport à l'investissement plus raisonnables que les tarifs pratiqués par la plupart des DSP... Free n'ayant pas de backbone ne peut faire autrement que louer des fibres pour être présent aux NRA, idem pour les NRO en cours de construction. Notons que BoT se réveille juste au moment ou Orange, SFR et Free lancent des tests grandeur nature pour s'associer sur des plaques en zones denses : horizontalité commune... avec une technique qui évolue (poches de 2000 prises). BoT a très certainement une arrière pensée à ce sujet ( quand on veut monter dans un train, on n'attend pas qu'il soit parti...) ... les villes tests des trois compères étant déjà choisies.

  8. Je ne suis pas du tout certain que les intérêts des quatre larrons se recoupent exactement. Peut-être que si c'était le cas ils seraient déjà d'accord, mais on ne peut pas vraiment affirmer que le projet d'Iliad - a priori uniquement résidentiel et sans DSP à ce jour - est similaire à celui de SFR qui participe à de nombreuses DSP, ou de BoT qui va commencer par accompagner Auchan chez NC, ou évidemment Orange ! Donc il est assez probable que les enjeux ne sont pas comparables. Ce que Martin souligne en expliquant doctement que les parts de marché ADSL sont une distorsion de concurrence !

  9. Ne pas oublier qu'une filliale de BoT participe a de nombreuses DSP.... DSP qui commencent à intéresser Free via une de ses filliales... Aucun des quatre larrons n'a les mêmes intérêts déclarés, mais tous ont maintenant en ligne de mire la fibre en zone urbaine et des licences de téléphonie mobile.... le démontage des relais mobiles remplacés par nos futures box optiques est en ligne de mire.

  10. Réagir sur le forum