Free Factory : soumission d’applications pour le Free Store

10

Nous l’évoquions hier, dans notre article sur le Free Store, la soumission d’applications passera par une plateforme dédiée, le Free Factory. Penchons-nous sur son fonctionnement et ses possibilités…

Un développeur intéressé par la proposition de son application sur le Free Store devra, dans un premier temps, se préinscrire en tant que développeur sur la plateforme Free Factory. Il lui faudra donc fournir certaines coordonnées : nom et prénom (ou nom de la société), ville de résidence, téléphone et adresse e-mail valides.

Une fois son inscription validée, le développeur peut commencer à soumettre ses applications.

Validité des applications

Pour des raisons de sécurité, les applications soumises devront être contenues dans une archive intégrant les fichiers Elixir à proprement parler (.eet et .edj), ainsi qu’une poignée d’extensions acceptées (audio OGG Vorbis ou WAV, base de données SQLite .db, ainsi qu’un screenshot d’aperçu intitulé screenshot.png). Il est précisé que le contenu des fichiers sera vérifié, et que le système ne se contentera pas de regarder l’extension.

Contrairement à des plateformes populaires comme l’App Store d’Apple, les applications ne sont pas soumises à une validation a priori de la part des équipes de Free. Une fois l’application envoyée et mise en production par son auteur, elle devient alors disponible sur le Free Store. Cela permet, notamment, des mises à jour rapides.

Il est toutefois précisé que l’équipe de Free Factory peut décider de blacklister une application « dans certains cas bien particuliers ». Celle-ci devient alors inaccessible pour tous les utilisateurs et cesse d’être facturée. De même, un compte développeur peut être suspendu, ce qui aura pour effet de bloquer son accès à Free Factory et de blacklister l’intégralité de ses applications.

Le développeur peut également, de son propre chef, retirer une de ses applications à tout moment. Elle devient alors inaccessible pour tous, sauf pour les beta-testeurs (voir plus bas).

Facturation

On l’a déjà évoqué hier, trois modèles de facturation sont proposés au développeur :

- gratuité totale de l’application

- paiement à l’achat (somme libre, jusqu’à 20 € par application)

- paiement par abonnement (somme libre, jusqu’à 20 € par mois). Il est possible de définir un nombre de mois gratuits pour les nouveaux abonnés.

Il n’est pas précisé dans les informations du site le pourcentage de la vente que s’attribuera Free, mais cette commission est fixée à 30 % pour chacune des ventes (que ce soit à l’acte ou par abonnement).

Versions et beta-testeurs

Les développeurs de Free ont pensé à tout et ont inclus la gestion des versions beta (en cours de développement).

Concrètement, quand une application est envoyée sur Free Factory, elle est considérée comme une version beta. Cela signifie qu’elle est invisible sur le Free Store, sauf pour les beta-testeurs, que le développeur aura défini manuellement dans ses options (à l’aide de leur numéro de ligne Freebox). Dans le cas d’une application payante, les beta-testeurs bénéficieront également d’un accès gratuit.

Pour que l’application devienne une version stable et soit donc disponible pour tous, il faudra que le développeur en fasse le choix dans sa console de gestion Free Factory. C’est valable lors de tout nouvel envoi d’application, ou de mise à jour, ce qui permet de disposer à la fois d’une version stable et d’une version beta en ligne sur le Free Store. Un système de numérotation spécifique permet de mieux s’y repérer :

- les versions stables sont repérables à leur numérotation qui se termine toujours par un zéro. Version 1.0, 2.0, 3.0, etc.

- les versions beta sont des versions intermédiaires. Une application en cours de développement sera donc mentionnée en tant que version 1.1, 1.2, etc. et deviendra 2.0 lorsque son développeur décidera de la passer en version stable.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

10 commentaires

  1. Il me semble également qu'il faut fournir des coordonnées bancaires (même si on ne veut publier que des applis gratuites). J'imagine que c'est avant tout un moyen pour Free pour avoir des coordonnées 'officielles' en cas de litige (sur le contenu d'une appli par exemple).
    Concrètement, quand une application est envoyée sur Free Factory, elle est considérée comme une version beta. Cela signifie qu’elle est invisible sur le Free Store, sauf pour les beta-testeurs, que le développeur aura défini manuellement dans ses options (à l’aide de leur numéro de ligne Freebox).
    Une précision pour ne pas se faire avoir et perdre inutilement du temps (comme moi): quand on uploade une nouvelle application (en béta donc), la liste des béta testeurs est TOTALEMENT vide. Et donc le développeur n'en fait pas partie non plus. Il faut donc commencer par ajouter son propre identifiant (n° de tél de son abonnement) avant de voir apparaître son application en béta dans le FreeStore. J'ai d'ailleurs remonté la chose à Free ; il se pourrait que ça soit modifié rapidement et que l'auteur soit automatiquement ajouté par défaut à la liste des béta testeurs.

  2. y'en a marre de tous ses "machins-truc.STORE". obligation d'achat d'appli de films imposés c'est limite censure pour apple le pb est reglé , je suppose que pour android aussi , microsoft sort le sien idem C'est de l'incitation à l'anarchie , Censure = contournement, piratage & autres Ils doivent avoir un intéressement sur les amendes HAdOPI c'est la seul raison

  3. redtox a écrit :
    y'en a marre de tous ses "machins-truc.STORE". obligation d'achat d'appli de films imposés c'est limite censure pour apple le pb est reglé , je suppose que pour android aussi , microsoft sort le sien idem C'est de l'incitation à l'anarchie , Censure = contournement, piratage & autres Ils doivent avoir un intéressement sur les amendes HAdOPI c'est la seul raison
    Rien compris, mais garde en tête qu'il est toujours possible de lancer ses applications Elixir manuellement sans passer par le Free Store : en les téléchargeant, puis en les lançant depuis le navigateur de fichiers de la Freebox.

  4. yoann007 a écrit :
    Rien compris, mais garde en tête qu'il est toujours possible de lancer ses applications Elixir manuellement sans passer par le Free Store : en les téléchargeant, puis en les lançant depuis le navigateur de fichiers de la Freebox.
    Il veut dire par la qu il regrette l'epoque ou les developpeurs etaient libre de proposer directement leurs application sans passer par l'apporobation du saint siege , qui nous prends pour des enfant de 5 ans en decidant si il est moral ou non que nous utilisions cette application. C'est comme si dans une librairie le libraire décider de ce que nos avons ou pas le doit de lire , ou comme si carrefour decidait a notre place de si nous devions ou non manger ce produit. Il y quelques années tout le monde etait terrorisé par l'idée d'un big brother qui sache tout sur vous et qui contrôle tout , maintenant tout le monde se precipite dans la guelle du loup. enfin bon si les gens avaient un minimum de recul sur ce genre de chose , microsoft ne serait jamais arrive la ou il en est :-)

  5. Tu n'as pas besoin de faire valider une application par Free pour que les gens l'utilisent. Tu peux simplement télécharger l'appli avec ton ordinateur, la transférer sur le disque dur de ta Freebox via le FTP et la lancer depuis le magnéto.

  6. Lineplus a écrit :
    Tu n'as pas besoin de faire valider une application par Free pour que les gens l'utilisent. Tu peux simplement télécharger l'appli avec ton ordinateur, la transférer sur le disque dur de ta Freebox via le FTP et la lancer depuis le magnéto.
    Ouep, c'est ce que j'ai déjà dit mais visiblement ça a l'air trop dur à comprendre pour certains... Non seulement la possibilité de lancer les applications Elixir en dehors du Free Store demeure, mais en plus Free ne filtre pas les applications à l'entrée. Il est simplement convenu qu'elles peuvent être blacklistées pour des raisons graves (auquel cas le développeur pourra continuer à les distribuer indépendamment, de toute façon). La centralisation n'est PAS un mal en soi, elle permet de très belles choses quand elle est bien menée : hiroko, puisque tu parles de Microsoft, que penses-tu des repositories Linux/Debian/Ubuntu... ? :D

  7. Pour la commission je me souviens d'avoir entendu que Free ne prenait jamais moins de 30% de commission sur les produits distribués. Il y a fort à parier que ce pourcentage soit le même pour le free store.

  8. hiroko a écrit :
    Il veut dire par la qu il regrette l'epoque ou les developpeurs etaient libre de proposer directement leurs application sans passer par l'apporobation du saint siege , qui nous prends pour des enfant de 5 ans en decidant si il est moral ou non que nous utilisions cette application. C'est comme si dans une librairie le libraire décider de ce que nos avons ou pas le doit de lire , ou comme si carrefour decidait a notre place de si nous devions ou non manger ce produit.
    Tu cite un très bon exemple avec Carrefour (ou tout autre supermarché). mais pour compléter et surtout corriger ton idée, sache que si le dit supermarché décide d'arrêter la vente d'un yahourt de marque X pour une certaine raison (vendre le yahourt de marque Y étant la plus probable, mais il se peut aussi que le yahourt X contienne un produit que le supermarché refuse de faire consommer à sa clientelle), tu ne peux rien faire contre (si ce n'est de changer de supermarché...). Donc le supermarché DÉCIDE DÉJÀ de par les produits qu'il choisit de vendre ou non, ce que tu vas/dois manger et cela avant même que toi, consommateur, tu aies fait le choix d'acheter ou non ce produit. De plus, rien ne dit ici que le "blacklistage" d'une application se fera pour des raisons morales. Par exemple : avec Elixir (je ne sais pas du tout si cela est possible mais imaginons) je crée une application banale (un jeu par exemple), dans laquelle j'insère un programme malveillant qui me donne accès à ta Freebox ou tes infos personnelles (je reprécise "imaginons que cela soit possible", je ne connais pas Elixir), ne serais-tu pas rassuré de voir que l'équipe de Free qui gère le Factory enlève l'application en question pour des raisons de sécurité ? Sans cette éventuelle "blacklist", c'est la porte ouverte au piratage et autres calamités déjà présentes sur nos ordinateurs, mais ici sur nos connexions internet et service TV. Je suis, au final, très rassuré de savoir que le Free Factory sera surveillé !

  9. spamnco a écrit :
    Pour la commission je me souviens d'avoir entendu que Free ne prenait jamais moins de 30% de commission sur les produits distribués. Il y a fort à parier que ce pourcentage soit le même pour le free store.
    Le pourcentage de 30% a d'ailleurs été confirmé, j'en profite pour faire une mini-mise à jour de l'article.

  10. Réagir sur le forum