Xavier Couture et la « bataille des contenus » sur France Culture

2

Le directeur des contenus d’Orange a été l’invité de l’émission Masse Critique, dimanche soir, sur France Culture. L’occasion de faire le point sur le statut de créateur de contenus des fournisseurs d’accès.

Xavier Couture revient ainsi longuement sur la stratégie d’exclusivités d’Orange, sur la production de contenus, sur le Conseil de la concurrence… cet ancien de chez Canal+ fait d’ailleurs régulièrement le parallèle entre Orange et le grand groupe de la première chaîne cryptée française. Selon lui, la situation est la même : Orange, née de France Telecom, d’abord opérateur de téléphonie, a dû s’adapter en devenant fournisseur d’accès, puis créateur de contenus.

Extraits choisis :

Xavier Couture : Lorsque vous disiez que ce n’est pas notre métier [la production de contenus], mais vous savez, lorsque Canal+ est née, son métier ce n’était pas de faire du satellite. Et puis, ils sont devenus un opérateur industriel de distribution par le satellite.

Frédéric Martel : Vous voulez dire qu’ils sont allés vers le satellite, et vous, vous êtes allés vers les contenus…

Xavier Couture : Mais oui bien sûr, mais c’est logique ! […] Nous, nous sommes les distributeurs de Canal et Canal est un partenaire, bien sûr à la marge, et ça fait parler et c’est joli et ça fait faire des titres à la presse, on dit « c’est la guerre, c’est la guerre »… […] En réalité, la vraie bagarre, c’est une bagarre mondiale. Et Orange aujourd’hui se trouve confrontée à des acteurs internationaux qui s’appellent Samsung, qui s’appellent LG, qui s’appellent Nokia, qui s’appellent Microsoft, qui s’appellent Apple, qui eux ont un terrain de jeu qui est le monde entier. Et qui n’ont qu’un seul souci, c’est d’essayer de « désintermédier » des gens comme nous…

Ecouter le podcast ICI

ou télécharger le mp3 directement ICI

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. Il a totalement raison sur sa dernière phrase. le métier de diffuseur est un des plus menacés par l'évolution des comportements et de la technologie. Par contre je ne pense pas que la méthode qui consiste à priver le plus grand nombre d'un contenu attractif grâce à l'achat à prix d'or d'exclusivités soit le meilleur moyen de survivre. Les diffuseurs devraient s'adapter au marché plutôt que d'essayer de le forcer. Il n'y a qu'à voir l'exemple catastrophique de la diffusion musicale pour se rendre compte que si on ne s'adapte pas, on finit par disparaître (aussi puissant soit-on). Améliorer les conditions et la qualité de ce qu'on diffuse (et trouver d'autre sources de revenu en complément aux abonnements) me semble plus viable que d'essayer de capter de nouveaux clients réticents en leur forçant la main.

  2. Faire du chantage à la création pour préserver son statut de distributeur, c'est ça la tactique. Il faudrait donc juger les bénéfices de l'un (le distributeur) au regard de la qualité des contenus produits. On pourrait alors parler d'arnaque, vu que le compte n'y est pas, et de conflit d'intérêt. Il est nécessaire de casser ces logiques de piraterie, de ces entreprises qui arraisonnent leurs clients par la force.

  3. Réagir sur le forum