Victime de surfacturation chez Orange, un abonné porte plainte

0

Une facture… bien salée, svp !

Souvenez-vous : plusieurs affaires de factures astronomiques avaient défrayé la chronique en novembre dernier. Les abonnés à la clé 3G « illimitée » d’Orange voyaient rouge avec des factures à 5, voire 6 chiffres…

Si la polémique s’est légèrement tassée, tout le monde ne compte pas en rester là. Jean Spadaro, médecin urgentiste, est sans doute le détenteur du record avec une facture de 159 212 euros dans le cadre de son abonnement Orange Business Everywhere… et il décide d’attaquer Orange pour « publicité mensongère ». Sa plainte, déposée lundi, vise clairement le terme « illimité » utilisé dans la description de plusieurs offres. Illimité, oui, mais dans la durée, pas en consommation. C’est du moins le discours officiel tenu par les opérateurs.

Pour le plaignant, il faudrait qu’Orange « cesse tout simplement d’utiliser des termes qui consistent à tromper les clients en oubliant de les informer ou en les informant mal ». Gratifié par Orange de deux avoirs, du montant de la facture incriminée, il réclame plutôt « un remboursement et un dédommagement ».

Du côté de l’Arcep, on avait déjà rappelé que « les opérateurs ont une obligation morale de garantir au consommateur de disposer des moyens de maîtriser sa dépense », ce qui ne semble manifestement jamais avoir été le cas dans ces histoires de surfacturation, où les abonnés n’ont jamais été avertis d’un dépassement significatif avant la réception de leur facture.

Orange a annoncé de son côté prendre des mesures en bloquant systématiquement les abonnements Internet 3G dont la consommation atteindrait plus de 200 euros de dépassement, tout en contactant les clients dont la consommation est jugée anormale. Cela sera-t-il suffisant pour faire oublier l’histoire des factures obèses et pour convaincre le juge ? Rien n’est moins sûr…

Source : Clubic

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.