Stéphane Richard (Orange) en faveur d’un régulateur européen unique

4

Dans une interview consacrée au Figaro, Stéphane Richard, PDG de France Télécom-Orange, milite pour une « Europe des télécoms » qui passerait notamment par la création d’une entité de régulation unique.

Analysant les difficultés des opérateurs européens face à leurs équivalents américains et chinois, il avance la « fragmentation du paysage en Europe » qui y handicape les acteurs en place.

Pour lui, il est important de mettre en place une Europe des télécoms ; non pas par la création d’un grand réseau européen (« cela n’a pas de sens » puisque « la concurrence se fait par les infrastructures au sein de chaque pays » selon lui), mais plutôt par la création d’un « marché unique ». « Cela suppose de changer complètement les règles : il faudrait qu’un régulateur unique se substitue aux 27 régulateurs nationaux pour que le marché soit enfin décloisonné », propose-t-il. Stéphane Richard se plaint en effet d’un cadre trop figé où l’évolution réglementaire, à l’échelle européenne, n’est pas possible : « les opérateurs se sont plaints que la Commission bloque tous les projets de consolidation en Europe. Le commissaire Almunia a répondu qu’il ne pouvait faire autrement que de bloquer car il n’y a pas d’Europe des télécoms, mais 27 pays avec 27 cadres réglementaires différents ».

Par ailleurs, interrogé sur le blocage de la publicité temporairement mis en place par Free, Stéphane Richard estime qu’il ne s’agit pas de la meilleure solution pour faire participer Google au financement des réseaux. « La menace de prendre en otages les utilisateurs est une menace de papier », lance-t-il. « Au-delà des grands discours, nous préférons coopérer avec Google pour réfléchir à une utilisation plus rationnelle de nos réseaux. »

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

4 commentaires

  1. Vu le climat pas forcément très clément des autres pays dont les régulateurs nationaux n'ont pas eu autant d'amplitude que l'ARCEP, je ne suis pas sûr que la création d'une telle entité puisse faire du bien au paysage d'internet en France.
    En tout cas, cela pourrait être particulièrement risqué, et surtout très dangereux pour les concurrents de taille nationale (Free, BT pour n'en citer que deux)

  2. Évidemment.
    Tous les pays du monde et les plus économiquement importants se protègent, mais pas l'Europe.
    L'Europe, fief du libéralisme à outrance, on comprend que ça l'intéresse.
    Il faut saigner les populations encore plus. Presser le citron. Et à moi les stock-options, les retraites chapeau et les comptes en Suisse.
    Vive la loi de la jungle.

  3. Réagir sur le forum