Stéphane Richard mis en examen, son maintien à la tête d’Orange en question

24

Stéphane Richard, placé en garde à vue lundi dernier pour son implication présumée dans l’affaire de l’arbitrage Tapie alors qu’il était, à l’époque, directeur du cabinet de Christine Lagarde, a été mis en examen mercredi.

Le PDG d’Orange a donc été mis en examen pour “escroquerie en bande organisée”. Ce qui vient poser la question de son maintien, ou non, à la tête du premier opérateur de France…

Dans cette affaire, l’État devrait jouer un rôle-clé : il est à la fois directement impliqué par l’affaire de l’arbitrage Tapie (contre lequel il s’est porté partie civile, et qu’il entend désormais contester en justice), et actionnaire principal du groupe Orange, qu’il détient toujours à 27%.

Sur RTL, la ministre déléguée à l’Économique numérique, Fleur Pellerin, a laissé entendre que l’avenir de Stéphane Richard à la tête d’Orange était menacé. « La question est posée », a-t-elle estimé ; « c’est la question à laquelle devra répondre le conseil d’administration qui se réunira de manière extraordinaire dans les jours prochains ». Tout en dénonçant l’implication du précédent gouvernement : « cela met en lumière un système qui a été mis en place au cours de ces dix dernières années et je crois que ce n’est pas la seule illustration. Vous avez l’histoire des prélèvements en espèces sur les frais d’enquête de Guéant, le financement libyen de la campagne de 2007, vous avez l’affaire Bettencourt… »

Ce conseil d’administration extraordinaire, appelé de ses vœux par la ministre, devra s’organiser à une date définie par le président du CA, Stéphane Richard lui-même. C’est là que se décidera le sort de l’actuel PDG, et par extension, la direction prise par l’opérateur historique.

Source : Le Monde

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

24 commentaires

  1. Pour le moment, les seuls mis en examens sont des lampistes, est-ce que la justice ira jusqu'au bout ?
    Dommage en tout cas pour Orange qui risque de perdre là un de ses meilleurs PDG.

  2. Hitler était, dit-on, un peintre fort honorable.Personne ne cherchera à amender les atrocités qu'il a commises.
    Stéphane Richard est un lampiste (de luxe)certes, bon PdG peut-être, mais escroc avant tout.
    C'est tout ce que l'on retiendra de lui....

  3. Quand un juge n'a rien, on sort libre de son bureau.
    Quand un juge a des doutes concrets, on ressort avec le statut de témoin assisté.
    Quand un juge a des éléments tangibles/preuves on est mis en examen.
    Point barre.

  4. Les wafen ss obéissaient aussi aux ordres....c'est facile là aussi, surtout avec Lagarde.
    Donc, si je te suis, on m'ordonne de faire des malversations et je m'exécute ? C'est ta définition de l'innocence ou des circonstances atténuantes ?
    Soyons clairs : tous les mis en examens sont coupables au sens large du terme, c'est au juge d'apprécier sur quels chefs d'accusation et au tribunal de décider du sort du prévenu.
    Il y a eu enquête préliminaire, garde à vue et décision du juge soit sur des faits concrets (des preuves) soit sur son intime conviction ( ou doute concret, lol).
    L'affaire Tapie ne concernera peut-être que S. Richard, charge à lui d'en assumer les conséquences.
    Si je ne veux pas me mouiller je ne mets pas sous la douche...

  5. Bah comme il le dit... points Godwin....
    Et, je suis désolé de le dire mais un doute "concret" n'est en aucun cas une preuve....
    ET NON un mis en examen n'est pas coupable au sens large.. ni au sens long... ni dans aucun sens.
    Il n'est pas coupable... mais mis en examen.
    C'est le procès qui déterminera sa culpabilité.

  6. Réagir sur le forum