SFR lance son offre de jeux vidéo sur Neufbox TV

2

Si Free a dégainé le premier son service de jeux vidéo sur boîtier TV, fin 2009, il n’est désormais plus seul. SFR lance aujourd’hui son offre de jeu « à la demande » pour les abonnés détenteurs d’un boîtier Neufbox TV.

L’opérateur au carré rouge travaillait depuis plus d’un an sur son propre service de jeux vidéo, accessible auprès de quelques beta testeurs triés sur le volet. Depuis aujourd’hui, l’option Jeux à la demande est accessible sur le canal 980 du bouquet Neufbox.

SFR a choisi une optique radicalement opposée à celle de Free : si la Freebox privilégie les émulateurs et les petits jeux développés en interne tout en encourageant le développement amateur sur Free Store, SFR conclut des partenariats avec de célèbres éditeurs et développeurs de jeux vidéo tels Popcap Games, Codemasters et même Capcom.

On trouve ainsi des jeux orientés grand public (Zuma, Peggle, Bejeweled…) que des jeux en 3D, plus évolués, pour les joueurs assidus (Devil May Cry 3). Pour certains titres, une manette de jeux (vendue séparément) est requise.


L’offre de SFR se démarque en misant sur le jeu en streaming (à l’instar d’OnLive) : des serveurs à distance font tourner le jeu pour le compte de l’utilisateur. Cette méthode a l’avantage de pouvoir faire tourner des jeux aux graphismes modernes en 3D sur n’importe quelle box ; en contrepartie, le flux vidéo obtenu est compressé, et le temps de latence peut s’avérer gênant pour les jeux les plus vifs (action, etc.). L’opération peut en outre s’avérer coûteuse, en termes d’infrastructures, pour le fournisseur d’accès…

Quelques jeux sont proposés gratuitement, mais la plupart sont en accès payant selon une des formules tarifaires suivantes :

- Pass Découverte à 4,99 euros/mois pour accéder à 15 jeux en illimité ;

- Pass Full Games à 9,99 euros/mois pour accéder à l’ensemble du catalogue ;

- A l’unité : 1,99 euros ou 2,99 euros.

Indéniablement plus attractive auprès du grand public, la solution proposée par SFR a le mérite de chercher une alternative à la stratégie de Free plutôt que de jouer sur le même terrain. Chacun y trouvera donc son compte. La prochaine génération de Box, attendue pour la fin de l’année, pourrait toutefois bien changer à nouveau la donne…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. je connais un des gars qui a monté l'infra, apparement si trop de monde souscrit à l"offre ca s'écroule très vite (on parle de centaines de joueurs simultanés pas de milliers), donc il vont surement limiter les abos a partir d'un moment

  2. bil3 a écrit :
    je connais un des gars qui a monté l'infra, apparement si trop de monde souscrit à l"offre ca s'écroule très vite (on parle de centaines de joueurs simultanés pas de milliers), donc il vont surement limiter les abos a partir d'un moment
    En même temps je suppose que c'est aussi un pari sur l'avenir : si le nombre d'abonnés payant devient vraiment important, ils auront les moyens d'élargir l'infrastructure mise en place...

  3. Réagir sur le forum