Orange : “Nous sommes l’opérateur qui a le mieux résisté à l’arrivée de Free Mobile”

15

Dans une interview consacrée aux Échos, Stéphane Richard, PDG d’Orange, dresse un tableau particulièrement optimiste de la situation dans son entreprise depuis l’arrivée de Free Mobile.

Pour Stéphane Richard, « la page se tourne » et « le marché se stabilise » ; le premier opérateur français ne se sent pas le moins du monde menacé par Free Mobile et tient à le faire savoir :

« Nos performances commerciales en France sont très bonnes. Nos ventes nettes dans le mobile sont au plus haut depuis trois ans, grâce au repositionnement de nos offres et au lancement de la 4G. Nous avions 350.000 clients 4G fin septembre, et l’objectif de 1 million à la fin de l’année sera très certainement atteint. Les prix sont et resteront attractifs, même si nous allons réajuster les tarifs 4G en janvier 2014. La machine à recrutements tourne à plein, avec le taux de résiliation le plus bas que l’on ait enregistré depuis des années. Les statistiques de portabilité des numéros mobiles, qui concernent la moitié du marché, montrent que nous perdons encore des clients qui se dirigent vers Free, mais dans des proportions quatre fois moindres qu’il y a un an. Quant au solde avec SFR et Bouygues, il est en notre faveur. »

- Lire l’interview dans son intégralité sur le site des Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

15 commentaires

  1. 500 à 700 millions, une goutte d'eau, même pour Orange, faut pas exagérer non plus ;) Ça doit payer une bonne partie des investissements 4G, tant mieux pour eux.

  2. A lire l'article ci-dessous, il semble en effet que l'Itinérance de FREE couvre le coût du déploiement chez Orange...!  ;)
    ...../...
    400 millions d'euros pour déployer un réseau 4G selon ZTE
    le 21/06/2010, par Benjamin Vauchel, GSM/3G/4G, 395 mots
    ZTE a présenté une modélisation des coûts côté opérateurs pour un déploiement de la 4G dans un pays européen fictif. L'équipementier a également présenté les performances qu'il a mesuré sur un réseau 4G de démonstration, lors d'une conférence de presse à Paris le 17 juin.
    400 millions d'euros pour déployer un réseau 4G selon ZTE
    L'équipementier télécoms chinois ZTE a présenté une étude démontrant les coûts engendrés par l'implantation d'un réseau LTE (la 4ème génération mobile) sur un territoire fictif fortement inspiré d'un pays européen.
    Basée sur une moyenne de 5 pays européens, cette modélisation a pour but de rendre compte du prix que couterait le LTE dans un grand pays du vieux continent. Ce pays imaginaire compterait 50 millions d'habitants, aurait une superficie de 400 000 kilomètres carrés. L'objectif de déploiement serait de 75% du territoire avec une réutilisation des sites 3G et GSM 900 avec en ajout la bande des 2.6 Ghz (qui devrait être attribuée en France à l'horizon 2011 par l'Arcep). Le coût d'implantation pour un opérateur est évalué par ZTE à 400 millions d'euros.
    Autre point,  lors de la même présentation, ZTE a communiqué les performances d'un réseau LTE. L'équipementier a réalisé des expérimentations en Chine dans la ville de Xi'an (ancienne capitale chinoise, et lieu où a été découvert l'armée de terre cuite du premier empereur de Chine). ZTE a comparé les performances LTE diffusé sur une bande de 20 Mhz et sur 2 bandes 10 Mhz couplées.
    Les résultats montrent que l'usage d'une bande de 20 Mhz offre un meilleur débit. Ainsi les utilisateurs les mieux servis ont obtenu un débit de 95 Mbit/s alors que le réseau LTE était utilisé entre 0 et 5%. Le débit obtenu était de 60 Mbit/s pour les mieux servis dans le cas de deux bandes de 10 Mhz.
    Quand le réseau monte à une saturation de 70%, le débit s'élève à 50 Mbit/s dans le cas de l'usage d'une bande de 20 MHz alors que le débit n'est que de 20 Mbit/s pour les mieux servis en 2X10 Mhz avec 83% de saturation.
    Les utilisateurs les moins bien servis avec une bande de 20 Mhz ont obtenu un débit de 32 Mbit/s pour une utilisation du réseau entre 0 et 5%. Le débit était de  20 Mbit/s pour les moins bien servis en 2X10 Mhz.
    Quand le réseau monte à une saturation de 65%, le débit descend à 4 Mbit/s pour les utilisateurs les moins bien servis. Comparativement, les moins bien servis avec 80% de saturation réseau se contentent de 2 à 4 Mbit/s.

  3. Réagir sur le forum