Orange en «concurrence absolue, sans compromis» avec Free Mobile

2

Parfois accusé d’avoir permis l’entrée et les bas tarifs de Free Mobile avec son contrat d’itinérance, Orange rappelle que les deux opérateurs, bien que partenaires, sont avant tout des concurrents…

Dans une interview consacrée à La Tribune, Stéphane Richard (PDG d’Orange) décrit les relations du groupe avec le nouvel entrant :

« Ce sont des relations de concurrence absolue, sans compromis sur le terrain, pour conquérir et surtout garder nos clients. Quant au contrat d’itinérance, c’est un partenariat globalement satisfaisant. Je dirais que nos relations sont normales si le terme n’était galvaudé, ni affectives ni passionnelles. Nous sommes un partenaire loyal, nous délivrons. Il n’y a pas de renégociation à proprement parler mais des détails à apporter, en fonction du déploiement de Free. Quant à la terminaison d’appel SMS, nous avons trouvé un compromis avec Free, des conditions raisonnables, honnêtes, correctes, ce qui va plutôt aider les autres opérateurs pour trouver un accord et éviter un règlement de différend devant l’Arcep, le régulateur. »

Cela ne l’empêche pas de lâcher quelques petites piques à l’encontre du trublion, notamment sur l’emploi : « combien SFR a-t-il de salariés en centres d’appels en France, Bouygues, et Free qui a soi-disant créé 1.000 emplois avec sa 4ème licence, où sont-ils ? ».

Par ailleurs, il n’est pas opposé à la relocalisation des centres d’appels en France voulue par le ministre Arnaud Montebourg, même s’il reste préoccupé par une « question de diplomatie économique » vis-à-vis des pays du Maghreb. Stéphane Richard réfléchit également à l’idée d’un partenariat avec un autre grand opérateur comme Deutsche Telekom pour créer un “EADS des télécoms” : « la question de la création d’un grand acteur à l’échelle européenne mérite d’être reposée, même si d’autres questions se posent alors, comme l’actionnariat, la place des Etats, la localisation des activités, la question sociale, etc. »

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. "question de diplomatie économique"
    Non mais c'est une blague? Quand tout a été délocalisé en afrique on se posait moins de question.
    Perso, je suis pour un retour en France car j'ai déjà appelé 2/3fois la hotline, et c'est une catastrophe de tomber sur des mecs qui parlent à peine le français!

  2. Ca se comprend, la question étant de savoir ce que vont faire toutes les personnes qui sont actuellement employées dans les call centers à l'étranger.

  3. Réagir sur le forum