Numericable : la fuite des clients continue

0

Les résultats qu’il ne fallait pas dévoiler

Plus prompt à lancer des communiqués de presse à grands renforts de superlatifs (la « Révolution du numérique »…) qu’à publier ses performances commerciales, Numericable a été contraint de dévoiler ses résultats financiers, qu’il n’avait plus publié depuis deux ans.

Le document, diffusé lors d’une émission obligataire, a été repéré et publié par La Tribune.fr. Et au vu de son contenu, on peut comprendre que le câblo-opérateur n’ait pas voulu le rendre public : le groupe accumule les contre-perfomances, tant sur le plan économique que commercial.

Le chiffre d’affaires enregistre une baisse constante, de 4,4% en 2009, puis de 1,1% en 2010 ; un résultat à contre-pied des bonnes performances générales constatées dans le secteur des télécoms, en particulier sur le haut débit. L’opérateur explique ces mauvais résultats par « l’intégration des offres commerciales et des fonctions de back office » des opérateurs dont le rachat a permis la création de Numericable en 2005 et 2006, mais aussi par le succès des offres triple play à 30 euros par mois.


Ce revirement de tendance se confirme dans le détail des clients Numericable : les abonnés à une offre TV seule fondent comme neige au Kenya, ce que ne parviennent pas à compenser les multiples offres en « marque blanche » que le câblo-opérateur propose à Auchan, Dartybox ou encore Bouygues Telecom…


Numericable est parvenu à réduire son taux de désabonnement (churn) : celui-ci culminait à 30,3 % en 2008, et n’est plus “que” de 17,7 % en septembre 2011 (taux annualisé). Néanmoins, l’hémorragie n’est pas terminée pour autant, et le câblo-opérateur aura fort à faire pour inverser la balance : depuis le précédent bilan de mars 2010, son activité Internet a perdu 172 000 abonnés nets et ne comptabilise plus que 950 672 clients (à fin novembre 2011).

Le groupe parvient à compenser ces résultats inquiétants (et même à afficher un début de croissance visible sur les 9 premiers mois de 2011) en augmentant régulièrement ses tarifs, de quelques euros à chaque fois ; dernièrement, les abonnés actuels ont eu la mauvaise surprise d’apprendre que leur facture serait encore majorée de 2 euros par mois à compter du 1er avril 2012…

Source : La Tribune

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.