Netflix ne sera pas disponible sur Livebox à son lancement

14

Alors qu’on sait que Netflix doit arriver en France au mois de septembre, une question reste encore en suspens : le géant américain négociera-t-il des accords pour être disponible sur les box des opérateurs français, ou débutera-t-il sans leur aide, sur le web, en OTT (over-the-top) ?

À cette question, Stéphane Richard, PDG d’Orange, a apporté un début de réponse. Invité de l’émission Good Morning Business sur BFM Business ce matin, il a confirmé que Netflix ne serait pas disponible sur la Livebox, du moins à son lancement.

Pour lui, Netflix ne devrait pas être autorisé à accéder aux box des opérateurs français tant qu’il n’accepte pas de participer au financement des réseaux des opérateurs français. « La première question c’est la façon dont Netflix va participer au financement des infrastructures qu’il utilise pour proposer ses contenus », énumère-t-il. D’autre part, « l’autre question que ça pose c’est comment Netflix va s’insérer dans l’écosystème Français en matière de création audiovisuelle » : Stéphane Richard souhaite en effet que l’accès à sa box soit réservé aux services qui contribuent à la création française.

« Comme tout cela n’est pas encore très clair, moi j’ai décidé que nous n’aurions pas le service Netflix au moment de son lancement. Le service Netflix ne sera pas sur les box d’Orange lorsque Netflix lancera son service », conclut Stéphane Richard.

L’appel du pied est clair : si Netflix veut être disponible sur la box d’Orange, il devra se plier aux exigences tarifaires fixées par l’opérateur historique, notamment en matière de financement des réseaux. Une sorte de boycott dont les autres opérateurs, Free en tête, pourraient bien s’inspirer…

Regardez l’interview dans son intégralité :

Source : BFM Business, via Next INpact

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

14 commentaires

  1. Ils vont continuer encore longtemps à vouloir que les plus gros acteurs du web participent au financement du réseau des opérateurs ? Ce n'est ni à Netflix, ni à Google, ni à Yahoo ou à Youtube ou qui que ce soit d'autre de payer pour le réseau de tel ou tel opérateur, déjà parce que ce réseau ne leur appartient pas, et ensuite parce que ce sont des prestataires de service et pas des fournisseurs d'accès. Les FAI développent et maintiennent leur réseau avec nos sous déjà, et je pense qu'ils ont les reins suffisamment solides sans avoir besoin de se faire payer une partie de leur infrastructure par d'autres personnes sous prétexte que ces dernières consomment une bande passante plus importante !
    D'autant qu'en plus démarrer le financement de leur réseau en partie par les prestataires de service les plus gros viendrait à mettre en danger la neutralité du net pour les petits acteurs. Là aussi, je vois très mal Google dire "ha bah tiens on va vous payer votre infrastructure" sans rien demander en contrepartie...
    De toute façon, si Netflix arrive à percer en France, ils vont vite se rendre compte qu'ils auront intérêt à faire un partenariat avec eux sans que Netflix n'intervienne dans le financement du réseau !

  2. Freenews a écrit :

    Stéphane Richard souhaite en effet que l’accès à sa box soit réservé aux services qui contribuent à la création française.


    "SA" box, MDR.
    .
    Et pour la restriction, il semble qu'il a des infos sur NetFlix et alors il va falloir qu'il vire un paquet de chaînes sur les plus de 700...
    http://media.abonnez-vous.orange.fr/medias/pdf/divers/chaines-TV.pdf
    .
    Il ferait mieux de réfléchir avant de parler. Mais j'y pense, c'est la voix de son maître.

  3. Wolvie21 a écrit :


    De toute façon, si Netflix arrive à percer en France, ils vont vite se rendre compte qu'ils auront intérêt à faire un partenariat avec eux sans que Netflix n'intervienne dans le financement du réseau !


    Exactement ça se résoudra de façon privée.
    .
    Sur la dimension des tuyaux c'est un vrai problème et on ne peut pas s'en affranchir d'un revers de manche.
    Tant que ce sont des chaînes payantes, effectivement ça peut se régler avec un reversement d'un %age.
    .
    Mais il n'y a plus grand chose qui diffère entre un flux émis par un site et celui émis par une chaîne de télé (WAT pour TF1 par exemple). On peut alors considérer youtube comme une chaîne et donc demander l'accès non restreint à toutes les chaînes gratuites du monde : les tuyaux ne seront jamais assez gros.
    .
    Le prix des autoroutes (celle des voitures) est le même quelque soit la charge et la durée du trajet. Donc on est déjà habitué à payer le même prix, que l'on mette 2h pour faire Lyon-Avignon ou 4h et personne ne s'en offusque (sauf moi entre autres). Une solution serait déjà de mieux répartir le flux au cours des 24h avec des tarifs différenciés.
    Pour Internet c'est ce qui se fait en Australie. Ca existait aussi en France quand internet a démarré.
    .
    Mais en final ce sera le consommateur qui arbitrera en allant là où son besoin est le mieux satisfait car contrairement aux autoroutes, il n'y a pas qu'un seul opérateur. Ca s'appelle la concurrence.
    .
    Je ne serai pas étonné que Free donne l'accès à NetFlix... juste pour embêter les 3 autres.

  4. Netflix va utiliser la solution la plus facile si ils sont bloqués, ils vont sortir un petit boîtier à relier à la tv et la box et il sera possible de profiter de leurs offres sans passé par l'opérateur. Et avec le temps les opérateurs vont bien voir qu'ils n'auront pas le choix.
    Ou mieux encore suffit que l'un des 3 opérateurs décident de l'intégrer à sa box et les autres n'auront pas trop le choix.

  5. jisse44 a écrit :

    Clair, nan mais!!!

    Moi je veux pas payer l'autoroute, alors Peugeot, Citroen, Renault, Toyota, etc payez pour nous enfin. C'est scandaleux !!!


    Tu peux prendre la route normale...  8) c'est la route des vacances...

  6. gameover a écrit :

    Le prix des autoroutes (celle des voitures) est le même quelque soit la charge et la durée du trajet. Donc on est déjà habitué à payer le même prix, que l'on mette 2h pour faire Lyon-Avignon ou 4h et personne ne s'en offusque (sauf moi entre autres). Une solution serait déjà de mieux répartir le flux au cours des 24h avec des tarifs différenciés.
    Pour Internet c'est ce qui se fait en Australie. Ca existait aussi en France quand internet a démarré.


    jisse44 a écrit :

    Clair, nan mais!!!

    Moi je veux pas payer l'autoroute, alors Peugeot, Citroen, Renault, Toyota, etc payez pour nous enfin. C'est scandaleux !!!


    Utiliser la métaphore de l'autoroute pour parler du réseau, c'est interdit depuis les conventions de Genève. Sachez-le.

  7. Désintox a écrit :

    Aucun autoroute n’accepte un seul type de véhicule, tous acceptent tous types de véhicule qui paie donc en conséquence donc votre métaphore est nulle et non avenue.


    Oui nulle si on a un esprit étroit.

    1/ Cette métaphore est à interpréter dans le sens que si le réseau est encombré aux heures de pointe, les utilisateurs paient quand même le même prix que s'il ne l'était pas. Le réseau est dimensionné pour 15,000 clients/heure mais je m'en fous j'en fais rentrer plus pour gagner plus d'argent et n'importe comment les clients n'ont pas le choix car je me garde bien de les avertir avant qu'ils rentrent sur l'autoroute.
    .
    2/ Si on l'interprète dans le sens où les voitures sont les petits utilisateurs et les camions les gros utilisateurs... alors tous sont bloqués quelque soit le prix qu'ils ont payé... et retour en 1

  8. gameover a écrit :


    1/ Cette métaphore est à interpréter dans le sens que si le réseau est encombré aux heures de pointe, les utilisateurs paient quand même le même prix que s'il ne l'était pas.


    En France, le tarif des autoroutes varie selon les jours et les heures (creuses/pleines): Plus cher les jours de grands flux migratoires et en heures de pointe.

    Les tarifs des péages dépendent également du véhicule conduit:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9age

    "    classe 1 : véhicules ou ensembles roulants (véhicules tractant une remorque ou une caravane) dont la hauteur totale est inférieure ou égale à 2 mètres et dont le Poids total autorisé en charge (PTAC) est inférieur ou égal à 3,5 tonnes.
        classe 2 : véhicules ou ensembles roulants dont la hauteur totale est comprise strictement entre 2 mètres et 3 mètres et dont le PTAC est inférieur ou égal à 3,5 tonnes.
        classe 3 : véhicules à deux essieux dont la hauteur totale est supérieure ou égale à 3 mètres ou dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes.
        classe 4 : véhicules ou ensembles roulants à plus de deux essieux, dont la hauteur totale est supérieure ou égale à 3 mètres ou dont le PTAC est supérieur à 3,5 tonnes.
        classe 5 : véhicules motorisés à deux ou trois roues"



    Donc votre métaphore est discutable  ;)

  9. Réagir sur le forum