Bouygues va verser 460 M€ à SFR pour l’accord de mutualisation

6

L’accord de mutualisation du réseau mobile conclu entre SFR et Bouygues Telecom, en janvier, se révèlerait coûteux pour le groupe de Martin Bouygues. C’est en tout cas ce que révèle un plan d’affaires confidentiel réalisé par le futur acquéreur de SFR : Numericable…

Dans ce business plan détaillé, sur lequel BFM Business a pu mettre la main, Numericable prévoit que les résultats de SFR continueront à se dégrader jusqu’en 2015, pour ne renouer avec la croissance qu’en 2016. Pessimiste, le câblo-opérateur envisage une Ebitda à seulement 23,2 % en 2015, « parmi les plus basses d’opérateurs de taille similaire en Europe », avant la reprise.

Mais l’information la plus intéressante contenue dans le document concerne sans aucun doute l’accord de mutualisation conclu entre SFR et Bouygues Telecom. Cet accord n’est pas équilibré : SFR apporte une plus grande part du réseau commun (environ 60 % des sites concernés), et détient ses propres pylônes là où Bouygues les a vendus et doit payer un loyer.

Pour ces raisons, Bouygues Telecom devra verser à SFR la coquette somme de 460 millions d’euros au total, sur toute la durée de l’accord de mutualisation, soit les 20 prochaines années selon un porte-parole de SFR. On comprend mieux que Bouygues cherche, du coup, à sortir de cet accord de mutualisation fraîchement conclu

Source : BFM Business

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

6 commentaires

  1. La mutualisation a pour but de faire économiser du pognon aux 2 opérateurs. Même si B.T devait payer 23 millions par an pendant 20 ans, on peut imaginer que malgré tout cette mutualisation lui permettrait de faire des économies par rapport à aujourd'hui. B.T finalement préférerait dire adieu aux économies juste parce qu'il ont les boules de ne pas avoir acheté SFR ?

  2. A terme, l’accord de mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom devrait permettre de faire des économies de 300 millions d’euros par an. 200 pour SFR et 100 pour Bouygues, mais pas avant 2017, une fois le regroupement effectué.

  3. Objectivement, Bouygues devrait plutôt rester dans le giron du nouvel SFR. Mais, Bouygues peut aussi attaquer en justice et dénoncer les termes de l'accord afin de pouvoir se donner de la marge et éventuellement voguer vers un autre port d'attache. 
    Pour le coup, il faut aussi compte sur les sentiments, car il faut un minimum de confiance dans le deal. Là, les esprits vont mettre un peu de temps avant de se refroidir.   

  4. Réagir sur le forum