Bouygues Telecom et SFR souhaitent mettre une partie de leurs réseaux en commun

11

Bouygues Telecom et SFR viennent d’annoncer, dans un communiqué de presse commun, qu’ils rentraient en phase de négociations exclusives avec, pour objectif, un accord de mutualisation d’une partie de leurs réseaux mobiles avant la fin de l’année.

Cette nouvelle d’importance devrait permettre aux deux opérateurs de faire front commun tout en limitant leurs investissements. Ni l’un ni l’autre ne cachent leurs difficultés suite à l’arrivée de Free Mobile sur le marché — leur communiqué évoque un « secteur des télécommunications affecté par des mutations profondes ». Une mutualisation partielle de leurs réseaux serait un moyen de renforcer la qualité de service proposée à leurs clients, y compris potentiellement sur la bataille à venir de la 4G.

L’accord n’est pas encore précisément défini et les deux groupes sont toujours en négociations. Au terme des discussions, le contenu de l’accord sera soumis à l’approbation des instances représentatives du personnel des deux opérateurs, ainsi qu’à l’examen des régulateurs nationaux (l’Autorité de la concurrence et l’ARCEP).

Retrouvez ci-dessous le communiqué publié par SFR et Bouygues Télécom dans son intégralité :

BOUYGUES TELECOM ET SFR ENTRENT EN NÉGOCIATIONS EXCLUSIVES
POUR PARTAGER UNE PARTIE DE LEURS RÉSEAUX MOBILES

Bouygues Telecom et SFR annoncent qu’à l’issue de discussions préliminaires, elles sont convenues d’entamer des négociations exclusives dont l’objet est d’aboutir à un accord de mutualisation d’une partie de leurs réseaux mobiles.

L’ambition des deux opérateurs est d’offrir à leurs clients respectifs la meilleure couverture géographique et la meilleure qualité de service. Bouygues Telecom et SFR se donneraient ainsi les moyens de figurer parmi les acteurs incontournables de la modernisation de l’économie numérique en France.

Si le secteur des télécommunications est affecté par des mutations profondes, l’explosion de nouveaux usages et du trafic de données offre aux opérateurs une opportunité de recréer de la valeur. Dans ce contexte, Bouygues Telecom et SFR souhaitent relever le défi que représente l’investissement dans les réseaux à très haut débit.

La mutualisation envisagée par Bouygues Telecom et SFR d’une partie de leurs réseaux mobiles, serait comparable à des dispositifs du même type déjà mis en œuvre dans d’autres pays européens. Chaque opérateur conserverait une capacité d’innovation autonome et une indépendance commerciale totale.

Bouygues Telecom et SFR souhaitent conclure avant la fin de l’année cet accord stratégique qui sera préalablement soumis à l’avis des instances représentatives du personnel des deux sociétés et à l’examen de l’Autorité de la concurrence et de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

11 commentaires

  1. et deux autres qui n'ont pas finis de déposer des recours devant le conseil d'état :
    [img]http://3.bp.blogspot.com/_Gi8Tjqkvz_w/TSILoUeR-6I/AAAAAAAABd8/OCH7N0YMCFQ/s1600/bona2.jpg[/img]

  2. Les négociations pour une mutualisation partielle entre les réseaux de B-T et de SFR ont commencé il y a environ trois ans.
    A l'époque ça portait sur la mutualisation, en 4G LTE à 800 MHz, de 8000 sites en commun.

  3. De toute évidence, c'est la piste à privilégier pour les zones peu denses... Il est à noter que certains départements ayant déposé des SDTAN  appuient très fortement pour cette mutualisation, en étant prêts entre autres à participer à des travaux de génie civil pour amener la fibre au pied des antennes, dans le cadre d'un certain "désenclavement numérique" à l'aide de la 4G pour les lieux les plus isolés...

  4. Sans parler de la possible (relative) baisse d'ondes émises (non pas qu'on arrivera à diviser par deux, mais cela devrait quand même avoir un impact sur les zones moyennement dense qui auraient été déployées par les deux opérateurs).
    Sinon, free ne bénéficie toujours pas des accords en zone blanche, quelqu'un sait si il y a pourparlers à ce sujet?

  5. F-contact, c'est NIET.
    Moran, il est prévu qu'il y participe financièrement, puis matériellement si je me souviens bien. Par contre je ne sais pas si cela lui ouvre droit pour l'instant à l'infrastructure 3G en Ran sharing.

  6. Réagir sur le forum