Bouygues Telecom : succès commercial et rentabilité en berne

2

La restructuration amorcée en 2014 par Bouygues Telecom semble porter ses fruits. L’opérateur continue de séduire de nouveaux abonnés, au détriment de ses résultats financiers.

Durant la première moitié de l’année, Bouygues est parvenu à attirer 312 000 nouveaux clients sur le mobile ainsi que 174 000 abonnés sur ses offres haut et très haut débit fixe (nets de résiliations). Des résultats semestriels très satisfaisants pour la filiale du groupe de BTP, qui viennent entériner une restructuration en profondeur amorcée l’an dernier : refonte des forfaits mobiles et agressivité tarifaire sur le fixe en sont les principales mamelles.

Sur le mobile, on voit sans surprise que c’est le parc des forfaits qui porte la croissance du groupe, tandis que l’hémorragie du prépayé se poursuit — avec 50000 clients perdus sur le seul 2è trimestre 2015. Au total, toutes offres confondues, Bouygues Telecom revendique 11,273 millions d’utilisateurs mobiles, à fin juin 2015.

Sur le fixe, on soulignera avec amusement la part encore faible de clients à l’offre FTTH : 23 000 abonnés seulement, bien loin du chiffre d’« un peu moins de 100 000 abonnés » pourtant communiqué par le groupe en début d’année. Le très haut débit est largement dominé par les offres FTTLA souscrites sur le réseau de Numericable, en marque blanche (375 000 abonnés). En incluant l’ensemble des offres haut et très haut débit, Bouygues Telecom dispose d’un parc total de 2,6 millions d’utilisateurs fixes.

Si le succès commercial est bien au rendez-vous, les résultats présentés jeudi matin par Bouygues ne sont pourtant pas au beau fixe. Le chiffre d’affaires de l’opérateur, qui s’établit légèrement au dessus des 2,15 milliards d’euros sur le semestre, est en léger recul d’1 % par rapport à l’an dernier. Bouygues explique toutefois ces mauvais résultats par des frais inhabituels, « essentiellement liés à la mise en œuvre du partage de réseau avec Numericable-SFR ». L’EBITDA pour l’activité télécoms s’établit tout de même à 323 millions d’euros sur le semestre, soit 21 millions de mieux qu’en 2014.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. Cela s'améliore de trimestre en trimestre on dirait. C'est pas une bonne nouvelle pour ceux qui veulent une consolidation du marché, et une très bonne pour ceux qui aiment ce marché animé et dynamique à 4.

  2. Tout à fait. Bouygues semble avoir bien opérer sa mutation. Je parie davantage sur l'avenir de Bouygues que sur le devenir de Numéricable-SFR, où une restructuration "intelligente" reste à faire.Quand Bouygues aura terminé sa transition, il réinvestira davantage dans son réseau.

  3. Réagir sur le forum