Bouygues plombé par les résultats des télécoms en 2012

11

Le groupe Bouygues a vu, en 2012, son bénéfice net reculer très nettement. En cause, les mauvaises performances de sa filiale Bouygues Telecom, dans le rouge…

Avec un bénéfice net en recul de 41%, le groupe subit à son tour les retombées de la métamorphose du marché des télécommunications. Sa seule filiale télécoms a vécu une année difficile, se soldant par un bilan dans le rouge pour la première fois depuis bien longtemps ; Bouygues Telecom affiche une perte nette de 14 millions d’euros, contre un bénéfice de 331 millions d’euros l’année précédente.

Pour autant le groupe ne s’en tire pas si mal et parvient même à afficher un bénéfice net (633 millions) et un chiffre d’affaires (33,54 milliards) au-dessus des prévisions des analystes. Pour 2013, Bouygues prévoit un chiffre d’affaires quasi-stable de 33,45 milliards d’euros.

Un bilan sauvé par B&You

Le parc de clients mobiles de Bouygues Telecom reste stable en 2012, à 11,3 millions de clients, grâce aux bonnes performances de son offre low-cost B&You. Celle-ci revendique, fin 2012, un parc d’abonnés de 1 078 000 clients, soit 453 000 nouveaux clients acquis au cours du 4è trimestre 2012.

D’une manière générale le solde reste positif pour l’opérateur qui affiche une croissance nette totale de 318 000 clients Forfaits sur 2012, malgré l’arrivée de Free Mobile. On imagine en revanche que les pertes ont du être lourdes du côté du parc d’utilisateurs prépayés, mais ce chiffre n’est pas communiqué.

Sur son offre fixe, Bouygues Telecom affiche une croissance de 110 000 clients (nets de résiliations) sous sa marque pendant le 4ème trimestre 2012, et atteint un parc total d’1,8 million de clients fin 2012.

Source : Les Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

11 commentaires

  1. Il faut tout de même remarquer une chose : les 3 gros opérateurs que certains soupçonnaient de faire des marges record sur le dos de leurs abonnés ont beaucoup de mal à faire du bénéfice lorsque la concurrence arrive sur le secteur. Sans vouloir remettre en cause la démarche de free que j'approuve, il faut reconnaître que leurs marges ne devaient pas être si énormes que ça puisque dès qu'il faut qu'ils s'adaptent ils ne parviennent même plus à être bénéficiaires alors que leur parc d'abonnés est énorme.
    Ou alors c'est que leurs comptes sont présentés de manière à faire le moins de bénéfice possible afin d'éviter de payer trop d'impôts.

  2. @spamnco: Certainement un peu des deux.
    Après, diviser quasiment par deux le coût des abonnements les plus coûteux, sans parler de l'éradication des abonnements par carte, très rentables finalement, c'est couper sur les marges qui se créent grâce (ou à cause, c'est selon) à une offre tarifaire vaste et pas forcément très transparente.
    Les opérateurs qui ont longtemps proposé des forfaits 1h, 2h, 3h etc.. gagnaient pas mal grâce au hors-forfait et aux minutes non utilisées mais pas indéfiniment reportables. Avec la mise en avant de forfaits illimités à des tarifs raisonnables, ces forfaits moins complets deviennent bien moins attractifs, et du coup il faut trouver l'équilibre financier sur des abonnements illimités dont l'usage moyen n'aura de cesse d'augmenter, alors que le prix de l'abonnement devient finalement quasi fixe.
    C'est finalement assez similaire avec l'internet: le modèle de l'illimité pas cher ne tient que tant que les flux demandés ne deviennent trop importants et disproportionnés en appel et réception.
    On peut aussi supposer que les opérateurs  font moins de bénéfices aussi parce qu'ils ont commencé le déploiement de leurs réseaux 4G.

  3. De toute façon, pour la 4G, la réponse, on la connaît déjà. SFR a baissé ses prix et la 4G est incluse dans ses offres.
    Par contre, tant que Free Mobile ne commercialisera pas son offre 4G, ce sera un aspect fort différentiateur pour les forfaits rentables, comme l'est déjà la H+ actuellement.

  4. plutot logique, vu comment la valeur s'était fait massacrée sur les difficultés de son activité mobile. BT a été assez agile dans ses offres, je pense au 9,99 et à la copie conforme du forfait data à 20 euros dès le début quasiment. Et finalement sa base client ne s'est pas érodée tant que cela.
    Donc en gros, le marché revalorisant l'activité Telecom à la vue des chiffres annuels, le titre s'est envolé hier.
    A noter qu'ils font un boulot plutot pas mal sur le fixe aussi.

  5. Réagir sur le forum