Bouygues conteste le prix de ses nouvelles fréquences 4G

6

Bouygues conteste, par un recours devant le conseil d’État, le prix réclamé pour lui permettre d’utiliser la 4G sur ses fréquences 1800 MHz.

Si l’Arcep (Autorité de régulation des télécoms) a bien autorisé Bouygues Telecom à utiliser ses fréquences 2G-GSM sur la bande 1800 MHz pour y déployer la 4G, cette autorisation a un prix, défini par décret. C’est le prix de cette redevance obligatoire que conteste Bouygues…

Selon BFM Business, qui rapporte l’affaire, le prix à payer serait de 3 231 euros par an, pour une paire de KHz en 4G, soit un prix 5,6 fois plus élevé que pour une exploitation en 2G. Pour Bouygues, moyennant l’exploitation de 40 MHz en 4G, cela représenterait le versement de 64 millions d’euros par an…

Bouygues conteste le prix fixé, qu’il juge « extrêmement élevé ». L’opérateur, qui fait depuis peu la promotion du lancement de son réseau 4G “national” en octobre prochain grâce à ces fameuses fréquences, ne remet pas en cause l’autorisation qui lui est impartie… mais simplement son prix.

Ce nouveau recours en justice intervient alors que les principaux concurrents de Bouygues Telecom estiment, au contraire, que ce dernier bénéficie déjà d’un avantage important sur la 4G et y voient un potentiel déséquilibre entre opérateurs. Orange et Free ont ainsi déposé un recours contre l’autorisation accordée à Bouygues lui permettant d’exploiter la 4G sur la bande des 1800 MHz.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

6 commentaires

  1. La news indique qu'Orange et Free auraient saisi le conseil d'état. Pour Orange, on est sûr, mais pour Free, est-ce que c'est confirmé?

  2. Si ils trouve que c'est trop cher, ils ne sont pas obligé d'acheter!
    Faudrait peu que Bouygues arrête de prendre tout le monde pour des cons. Son châtelain a des difficultés pour payer le jardinier dans son château?

  3. Le recours déposé par B-T est très probablement une posture et une manœuvre politicienne. Que ça passe ou non n'empêchera pas B-T d'exploiter son patrimoine 1800 MHz pour diffuser de la 4G LTE.
    Quand à la contestation sur le prix, il faut peut-être conserver à l'esprit que:
    1) Jean-Ludovic Silicani (patron de l'ARCEP) s'est fait sérieusement remonté les bretelles par le gouvernement français lorsque la Commission Européenne a menacé la France de sanctions en cas de retard sur le "refarming 1800";
    2) L'ARCEP a reçu un véritable camouflet en janvier dernier, de la part de l'Autorité de la Concurrence, notamment sur sa gestion du quatrième entrant.
    J-L Silicani a répondu par un courtois bras d'honneur ... mais un bras d'honneur quand même ! Il faut dire que les patrons de ces deux Autorités ne sont pas les meilleurs amis du monde  ;)
    Donc il est probable que J-L S. s'est fait un petit plaisir en se défoulant sur B-T ...
    Mais ce n'est qu'une hypothèse.  8)

  4. Réagir sur le forum