Copwatch : un nouvel exemple de blocage inefficace

0

Bis repetita placent

Le site Copwatch, dans la ligne de mire du ministre de l’Intérieur Claude Guéant pour son action de surveillance des forces de l’ordre, a finalement été bloqué suite à une décision de justice.

Alors que la convocation initiale réclamait un filtrage spécifique de certaines pages du site, les fournisseurs d’accès à Internet ont rappelé que cela était techniquement difficile à réaliser, sauf à mettre en place des mesures avancées d’analyse du trafic (de type DPI, Deep Packet Inspection), coûteuses et potentiellement dangereuses pour la qualité du réseau. Lors de la première audience, mercredi 12 octobre 2011, il a donc été convenu de reporter l’affaire.

Vendredi 14 octobre, lors d’une nouvelle audience, le tribunal de grande instance a convenu de la mise en place d’un blocage simple, portant donc sur l’ensemble du site (par nom de domaine et/ou IP). Les FAI doivent donc obtempérer, bon gré mal gré.

Évidemment, pendant ce temps, médiatisation aidant, Copwatch a eu tout le temps de s’organiser et c’est ainsi que de nombreux miroirs ont été mis en place, un peu partout sur le web. Si le site est désormais inaccessible via son adresse d’origine https://copwatchnord-idf.org/ chez la plupart des FAI (Free compris), il n’est pas difficile d’en retrouver des copies conformes, hébergées par des internautes volontaires, à l’aide d’une simple recherche Google. Peu avant son blocage, le site avait également diffusé une liste de sites miroirs référencés.

Non content d’avoir permis au site de gagner en visibilité, la procédure de blocage prouve une fois de plus son inefficacité : l’utilisation d’une solution Tor ou VPN permet aux utilisateurs avertis d’avoir de nouveau accès au site “bloqué”

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.