Netflix: un abonnement revisité mais au prix de quelles concessions ?

1

Disney+ a lancé l’initiative il y a quelques mois en annonçant l’arrivée sur le marché d’un nouvel abonnement, incluant de la publicité, mais qui serait moins cher pour ses abonnés que sa formule premium actuelle.

Un artifice au final, puisque la plateforme, dans le cadre la publication de ses derniers résultats trimestriels entend simplement maintenir le coût de son abonnement premium transformé pour l’occasion en basic, mais auquel il a été effectivement cette fameuse publicité.

Du côté de Netflix, la sauce n’est guère moins aigre, avec non seulement la transformation du service SVoD financé par le coût des abonnements par une formule également soutenue par la publicité, mais aussi, dans le même temps, d’autres retouches qui risquent de déplaire ses utilisateurs.

En tête de liste, le téléchargement des contenus en vue de permettre le visionnage en ligne, notamment dans les transports, ce qui est une valeur ajoutée non négligeable du service, ainsi que l’aurait découvert un développeur en fouillant dans le code de l’application mise en ligne via iOS, notant tout de même que les encarts imposés pourront faire l’objet d’un choix quant à leur contenu.

Du côté de la Firme, aucun démenti ni confirmation pour l’heure.

Un choix cornélien pour la Firme.

Cette solution, pour laquelle opterait Netflix est cependant logique puisque le publicité ne peut être disponible sur du contenu visionné postérieurement à son téléchargement, ce qui rendrait la formule, dans ce contexte très particulier, inopérante, comme cela a été le cas chez quelques concurrents, qui s’y sont cassé les dents.

Et techniquement cela est non seulement complexe mais impose aussi un surcoût non négligeable qui remettrait en cause une partie du business plan de la plateforme sur cette formule.

Par contre, cette difficulté risque d’avoir un impact sur les abonnés en devenir et freiner le recrutement dans un avenir très proche ; or, c’est justement le bât qui blesse actuellement pour Netflix, qui n’est plus en légère perte de vitesse depuis de l’année, mais en rétropédalage total, avec près d’un million de comptes en moins, entraînant par voie de conséquence la défiance de ses investisseurs et une chute de sa valeur sur les plateformes boursières.

Share.

About Author

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

Un commentaire

  1. « En tête de liste, le téléchargement des contenus en vue de permettre le visionnage en ligne, notamment dans les transports, ce qui est une valeur ajoutée non négligeable du service, ainsi que l’aurait découvert un développeur en fouillant dans le code de l’application mise en ligne via iOS, notant tout de même que les encarts imposés pourront faire l’objet d’un choix quant à leur contenu. »

    Il manque des mots là on est d’accord ? Toujours aussi illisible les articles sur Freenews…