La Freebox entre au lycée ?

1


 

Le Lycée Aristide Bergès (Seyssinet-Pariset, à l’ouest de Grenoble) fait les yeux doux à Free.

Non contents de leur accès bridé à 2Mbps, les administrateurs réseaux envisagent de passer à l’ADSL2+

Le très haut débit pour particuliers flirterait-il avec les établissements publics ? 😉

  • Actuellement, l’accès à Internet de l’établissement se fait par liaison hertzienne n9uf telecom entre le gymnase du lycée et la Bastille (en haut de Grenoble), puis par des fibres optique vers le rectorat (Centre Ville), qui, lui, partage son accès Renater (fibres optiques également).
    Résultat : un pitoyable 2Mbps symétrique pour près de 800 postes informatiques

  • Cette installation sans fil a été mise en place il y a quelques années,


    Autorité de Régulation des Télécommunications 
    et a nécessité de nombreuses autorisations par l’ART ; son utilisation est extrêmement coûteuse.
  • Le Lycée Aristide Bergès est un des seuls Lycées de l’agglomération Grenobloise à ne pas se situer le long des voies du Tram (pas de bol, il est entre deux lignes :twisted :), et ne bénéficie donc pas d’une arrivée Fibre optique directe. Ce lycée polyvalent, au coeur des TIC, ne peut plus se contenter de 2Mbps pour proposer un accès à Internet confortable au CDI ou en salle informatique sans que le travail des sections spécialisées ne soit altéré.
  • Les professeurs chargés de l’administration réseau ont évoqué l’idée de remplacer cette connexion coûteuse et trop lente par 3 Freebox
    Lycée Aristide Bergès - Seyssinet-Pariset 
    gérées par un serveur. Chaque connexion serait routée vers les différents domaines qui composent le réseau de l’établissement (Administratif, Pédagogique, Tertiaire, BTS, etc…) Une contrainte existe : Tout doit passer par le SLIS : un serveur Linux à Implémentation de Services, entièrement automatisé (proxy, serveur de cache…etc). Hors, les versions actuelles de SLIS ne permettent pas d’utiliser plusieurs connections à Internet… Il est donc en projet de faire passer certains accès Internet par un autre serveur, tournant sous Windows 2003, notamment pour le très haut débit que nécessitent certaines plages horaires où il arrive qu’une centaine de personnes dans le lycée naviguent en même temps sur Internet.

    DSLAM FreeADSL 
  • Le lycée se situant à 950m de son NRA (DRA38 : dégroupé avec des DSLAM v2 qui plus est :-)), les débits descendant à plus de 15Mbps sont très alléchants, et les quelques Mbps de débit remontant promettent un plus grand confort pour les services extranet hébergés sur place. De plus, le ping de 260ms serait réduit à 35ms (la patate de Grenoble :P).
  • Le prix (90euros par mois pour 3 abonnements) est bien plus intéressant pour l’établissement qu’une souscription à une ligne spécialisée, hors de prix et plus lente. Si à première vue, on peut craindre des abus de la part des élèves, cette idée serait en réalité l’occasion rêvée d’axer encore plus le travail sur l’exploitation de l’outil Internet, notamment dans les formations consacrées aux nouvelles technologies, où la théorie a bien besoin de se concrétiser depuis quelques années. Il serait par exemple idéal pour les BTS Développeurs d’Applications d’exporter leurs projets en PHP sur un extranet performant plutôt que de bosser en local, comme cela se fait depuis des années.

Free ouvre les portes de l’accès internet ’semi-pro’ à un prix dérisoire. C’est idéal non seulement pour les particuliers, mais également pour les PME, certains établissements et…. nos impôts 🙂

Update Kokomadena 29/11 16:41
Aujourd’hui, pour finaliser les inscriptions au BTS, la connexion hertzienne était (encore) HS, et certains élèves ont dû aller s’inscrire en urgence chez une élève habitant à proximité. Merci donc à Kitty pour avoir prêté sa jolie ligne Free Dégroupée à 6Mbps aux quelques retardataires 😛

Partager

A propos de l'auteur

1 commentaire

    Réagir sur le forum