50.000 dégroupés en PACA

15

 

Quel est le point commun entre des marseillais dans un vélodrome pas totalement plein, les téléspectateurs de la Chaine Parlementaire et les Freenautes dégroupés en PACA ?

Ils sont environ 50.000 ! :wink :

Les freenautes de PACA seraient donc 50.310, c’est en tout cas l’estimation que nous donne ce matin Francois04. A savoir 32.665 dégroupés pour les Bouches-du-Rhône et 17.645 pour les Alpes-Maritimes. Près de 60% (29.860) seraient potientiellement éligibles à l’ADSL2+ et ses 20 Mbits/s ATM théoriques proposés par Free.

Mais derrière ces chiffres somme toute encourageants se cache une réalité qui l’est bien moins : un réel tassement de l’activité dégroupage.

La fin 2004 aura été en PACA un véritable feu d’artifice en terme d’ouvertures de NRA et d’activations de DSLAM, très certainement afin de cadrer au plus près avec les prévisions annoncées aux actionnaires…

Mais après bientôt 2 mois écoulés en 2005, Free ne semble pas s’être remis de cet effort ! Certes, quelques nouveaux DSLAM, un zest de nouveaux NRA et trop peu de migrations vers l’ADSL2+. Jugez plutôt :

  • NRA ouverts : 3
  • NRA migrés v1/v2 : 2
  • DSLAM déclarés : 7
  • DSLAM activés : 5
  • DSLAM avec 1ères connexions : 10

Et pourtant, les prévisions ne manquaient pas.

S’il nous était permis, rappelons à Free que la PACA ne se limite pas qu’aux agglomérations marseillaises et nicoises, mais que d’autres grandes villes du sud sont grippées dans les starting-blocks (façon jambon d’York comme l’aurait dit le regretté Claude N.). Florilège des « ratés » PACAiens :

  • Cannes, Antibes et Juan-les-Pins… Que dire de ces villes dont on ose même plus espérer le dégroupage ! Là-bas, la situation est d’autant plus opaque qu’on ignore encore à l’heure actuelle (malgré les nos multiples sollicitations) si ce dernier est toujours d’actualité vu que Free ne l’a toujours pas replanifié et qu’il est encore annoncé « été 2004 » ! De qui se moque t’on ?
  • Toulon semble malgré tout un tantinet mieux engagé. Annoncé depuis la mi-2004, l’arrivée de la fibre sur la région toulonnaise (d’après certains CORPS sur les NG Proxad) est semble t’il une réalité. Mais pourtant, les toulonnais entamment leur 8ème mois d’attente. Comment expliquer qu’en surface, rien ne bouge ENCORE ?
  • Que penser de la situation de Sophia-Antipolis ? Certes dégroupée, la 1ère technopole informatique de France abritant des sociétés et organismes de renommé mondiale aussi prestigieux que le Alcatel, Amadeus, Philips, Thomson, le W3C ou l’INRIA, constate avec dépit son DSLAM v2 (SOP06-1) prendre la poussière depuis 81 jours (7/12/2004) ! La technologie de pointe de Free aurait été de bon ton dans ce haut lieu du high-tech français.
  • Et pour clôre cette lithanie non-exhaustive des « zappés » du dégroupage made in PACA, signalons Marseille-Joliette dont le second DSLAM (JOL13-2) fêtera demain son 100ème jour de déclaration sans le moindre dégroupage en vue.

Certes, tous ces retards doivent nécessairement avoir des arguments recevables, mais la communication de Free étant ce qu’elle est… Encore un coup de la muselière de l’actionnariat ?

Aussi, saisissez votre chance : si le sort des « TOTAL OUBLIÉS » de la PACA vous touche de près ou de loin et qu’il ne vous laisse pas indifférent, n’hésitez pas à soliciter Mr Boukobza sur tous ces sujets lors du chat Freenews du 1er mars prochain. Ce dernier se fera très certainement un réel plaisir de vous expliquer les raisons qui entravent le dégroupage de ces zones par sa société… pour peu qu’on lui pose la question et qu’il veuille bien y répondre.

Free sans langue de bois ? Réponse mercredi 1er mars à partir de 19h :wink :

Par ailleurs, au rang des lacunes sudistes de Free, rapellons aussi à notre FAI « bien-aimé » que les DSLAM v1 sont encore légion et que plus d’un dégroupé sur 3 est étranger à l’ADSL2+… Certes, les esprits les plus « contractuels » rétorqueront qu’au jour de la souscription des non-migrés, l’offre en cours était à 2, 4, 6 voir 8Mbits/s et qu’il n’y a pas lieu de « troller ». Quand bien même !

On est en droit d’attendre une certaine équité nord-sud. La région Ile de France (avec ses 360.000 dégroupés estimés) est au coeur des préoccupations de Free si l’on en juge par le train insolemment zellé des migrations depuis le début 2005. Mais on aimerait voir une telle ardeur dans le sud, toute proportion gardé.

Partager

A propos de l'auteur

15 commentaires

    Réagir sur le forum