Xavier Niel met en avant sa qualité d’actionnaire et monte au créneau contre la stratégie financière d’Unibail-Rodamco-Westfield

2

Au cœur du débat, la stratégie menée par le groupe spécialisé dans l’immobilier qui entend procéder à une augmentation de son capital social pour un montant de 3,5 milliards d’euros.

L’objectif du plan RESET initié par Unibail : renforcer la structure financière de la société dans le cadre d’un vaste dénommé Reset pour endiguer les difficultés générées par la crise sanitaire après une distribution de dividendes mal assise en amont de la crise, tout en générant de l’actif évalué approximativement à 9 milliards d’euros destiné à des investissements notamment dans des centres commerciaux.

Un désaccord larvé de longue date.

Une stratégie  à laquelle s’oppose Xavier Niel qui détient des parts au sein d’un consortium représentant 4,1% du capital objet du litige, rejoint par Léon Bressler  l’ancien PDG de la foncière mais également Susana Gallardo, fortune espagnole (épouse de Manuel VALLS), à l’origine d’un mouvement visible sur le net sous l’intitulé « Time to Refocus not Reset ».

« L’acquisition de Westfield en 2018 était une mauvaise décision, au mauvais moment et au mauvais prix, déplorent-ils. Elle a pollué la position dominante d’URW en Europe avec une position plus marginale aux États-Unis, un marché moins attractif. Cela alourdissait l’entreprise de dettes, distrait la direction et constituait une grave mauvaise allocation des ressources. Par conséquent, URW est entré dans la pandémie de Covid-19 dans une position vulnérable et a été touché de manière disproportionnée par la crise. »

Une discorde qui ne date pas d’hier donc et qui prend des tournures de fronde de la part de l’union Niel/ Gallardo/Bressler, qui entendent redonner à la foncière tout son lustre en recentrant le débat des investissements vers le cœur de métier de cette société de premier plan en matière d’investissements immobiliers en cédant le portefeuille Wesfield en lieu et place de l’augmentation de capital envisagée.

Dernier acte en date : le rejet par le conseil de surveillance d’Unibail/Rodamco-Westfield de voir rejoindre Xavier Niel, Susana Gallard et Léon Bressler parmi ses membres, exprimant ainsi son  « profond désaccord avec les propositions, qui ajoutent incertitude et risque à un environnement actuel déjà complexe. Le conseil de surveillance réitère unanimement son soutien plein et entier au plan RESET qui est un plan holistique, équilibré, résultant de l’examen approfondi des options stratégiques qui s’offraient au groupe. »  

Une réponse qui ne devrait pas laisser indifférents les initiateurs du mouvement « Time to Refocus » très longtemps et donner lieu à une passe d’arme supplémentaire d’ici l’assemblée générale des actionnaires prévue le 10 novembre prochain.

Partager

A propos de l'auteur

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

2 commentaires