ZTE plaide pour remplacer les fréquences Wimax par du LTE (4G)

8

ZTE ♥ LTE

Alors que la technologie Wimax est au point mort, l’équipementier chinois ZTE se demande si les fréquences attribuées, largement inutilisées, ne pourraient pas être réutilisées pour le déploiement de la 4G (LTE) en France…

Où en est réellement le Wimax en France ? À l’exception de quelques offres confidentielles (dont celle proposée par Iliad, via sa filiale IFW), la technologie radio n’aura pas plus percé dans l’Hexagone que dans les autres régions du globe. À tel point qu’en novembre 2011, sept opérateurs ont été mis en demeure par l’Arcep pour n’avoir pas suffisamment respecté leurs engagements en termes de déploiement et de commercialisation du Wimax…

Face à cette situation, ZTE milite pour la réutilisation des fréquences Wimax en fréquences 4G. Cette idée est déjà défendue par Bolloré Telecom, détenteur de fréquences Wimax régionales lui permettant de couvrir l’ensemble du territoire.

Plus précisément, Pierre Eisenmann, directeur de la direction sans fil de ZTE, milite sur ZDnet.fr pour l’adoption du TD-LTE, « très similaire au Wimax » ; une technologie proche du SD-LTE utilisé pour la 4G en France, différant principalement au niveau de l’utilisation des fréquences. « Il faut savoir que les licences attribuées ne sont pas associées à une technologie en tant que telle mais à des fréquences. Rien n’empêche donc les détenteurs de ces licences d’exploiter les fréquences avec une autre technologie », expose-t-il.

Cette technologie n’est toutefois pas sans défauts : elle ne serait naturellement pas compatible avec des équipements prévus spécialement pour le SD-LTE (4G classique). De quoi lui faire subir le même désagrément que le Wimax, qui manquait cruellement de terminaux compatibles disponibles dans le commerce.

En outre, les licences Wimax distribuées en France interdisent le hand-over, c’est-à-dire le passage d’une antenne à l’autre sans interruption du signal ; par conséquent, cette 4G ne serait réservée qu’à un usage fixe (accès à Internet domestique, par exemple).

A-t-on des chances de voir cette 4G spéciale débarquer un jour en France ? ZTE a bon espoir. « Nous discutons beaucoup avec Bolloré mais rien n’est signé pour le moment. Des opérateurs spécialisés comme Altitude Infrastructure ou Axione pour les DSP locales regardent ça également de très près », conclut Pierre Eisenmann.

Source : ZDnet.fr

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

8 commentaires

  1. Je croyais justement que les plages de fréquences obtenues en France n'étaient pas technologiquement neutres, et qu'il faudrait attendre l'application d'une loi européenne (en cours) pour "libérer" ces plages de fréquence...
    Après, le débat reste le même: Les plages détenues par IFW limitent la portée du signal si une technologie proche de la 4G est adoptée. En dehors d'augmenter les plages de fréquences obtenues par freemobile, quel intérêt alors?
    A moins qu'ils nous pondent une techno hybride (comme certaines offres satellites, où l'upload était assurée par voie téléphonique, et seul le download passait pas l'espace), ou d'une logique différente d'une techno à une autre, diffile de voir dans ces fréquences un quelconque palliatif à la bande passante des 800 Mhz qui sont passés devant le nez de freemobile...

  2. @Crick003
    l'article date un peu. Beaucoup de suppositions sur la sortie de freemobile. Maintenant qu'on a vu la sortie de free mobile, on ne peut que constater.
    Il est fort possible que Free équipe ses antennes d'équipements compatibles 3G, 4G et WiMax. Mais cela ne veut pas dire que Free va pouvoir exploiter toutes les fréquences pour le plaisir de les exploiter. Franchement, cela va apporter quoi d'avoir une gamme de fréquence supplémentaire ? Avoir un téléphone qui va tantôt s'accrocher sur du 3G, avant de basculer sur du 4G avant d'atterrir sur du WiMax. Super cool un téléphone avec 3 puces (3G + 4G + WiMax) + 1 puce pour le WiFi, bientôt on va réinventer le portable filaire pour être utilisable sur secteur.
    Le WiMax est vraisemblablement mort, à moins d'équiper les téléphones avec une puce à large spectre, et encore quel en serait l'intérêt quand on a déjà du 3G et du 4G?

  3. La question est plutôt qu'apporte une box à 40€ par rapport à un accès mobile à 20€?
    Pour beaucoup la question va pousser à une migration, et l'internet, qui avait donné une nouvelle vie à la ligne fixe, pourrait bien apporter un nouveau revirement des usages, grâce à Free.
    Pour accompagner cette démocratisation de la mobilité, il faudra vraissemblablement beaucoup de fréquences.
    Pour expérimenter la chose, outre le prix, être débarassé d'une encombrante box vaut bien les frais de résiliation.
    Après je suis parfaitement couvert en propre par freeM, et peux donc bloquer l'itinérance. Mon expérience satisfaisante n'est pas forcément généralisable donc.

  4. Ça fait longtemps que de nombreuses demandes d'élargissements du spectre dévolu à la 4G LTE sont demandées aux autorités de régulation des différents pays: Ré-utilisation de toutes les fréquences de la 2G et de la 3G, WiFi, WiMax, etc ...
    En France, il y a la ré-utilisation d'une bande de fréquence existante qui est à l'étude à l'ARCEP (à la demande des MNO), et ce n'est pas celle du WiMax.
    Réponse attendue dans quelques mois.

  5. Notez que Free utilise parfois du Wimax comme technologie de collecte pour relier ses relais GSM 3G au reste du réseau sans avoir besoin de tirer de fibre/de cuivre depuis un point haut.

  6. Réagir sur le forum