Un grand opérateur russe renonce au Wimax

7

L’opérateur russe Yota, disposant d’un des réseaux Wimax les plus importants du monde, a décidé d’abandonner cette technologie au profit du LTE (fréquemment désigné comme étant la 4G).

Nouveau coup dur pour le standard Wimax, qui semble officiellement en voie d’extinction. Cette désaffection du marché n’est certes pas nouvelle, mais avec ce revirement de la part de Yota, c’est un des plus gros soutiens du Wimax qui s’envole.

L’opérateur, qui compte près d’un demi million d’abonnés Wimax localisés dans les grandes villes de Russie, a décidé de migrer vers le LTE afin de suivre la tendance générale du le marché, comme l’explique le PDG de la société, Denis Sverdlov. « Les principaux opérateurs et fabricants d’équipement mobile ont opté pour le standard LTE. En suivant la tendance globale, nous cherchons à donner à nos clients la meilleure solution », annonce-t-il notamment dans un communiqué.

Un tel bouleversement ne serait pas anodin. Pour migrer vers le LTE, Yota prévoit un budget pouvant grimper jusqu’à 2 milliards de dollars, dont 100 millions investis dès cette année. Détenu à 25% par des fonds publics, l’opérateur s’est donc mis en quête d’un partenariat avec un investisseur stratégique.

Alors que dans le monde, le Wimax est progressivement abandonné, l’espoir de voir Iliad commercialiser une offre s’appuyant sur sa licence Wimax nationale s’amenuise. Et, bien qu’il existe quelques opérateurs sur notre territoire, cela reste anecdotique. Sommes-nous en train d’assister à la mort lente du Wimax ?

Source : La Tribune

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

7 commentaires

  1. C'est complètement idiot de comparer des pays où l'environnement est totalement différent ! Que cet opérateur change de technologie n'a pas d'incidence ici...

  2. Kami78 a écrit :
    C'est complètement idiot de comparer des pays où l'environnement est totalement différent ! Que cet opérateur change de technologie n'a pas d'incidence ici...
    Ben si, car c'est les équipementiers qui ont initié le changement de cap du WiMax vers le LTE, si les éléments de l'infrastructure du réseau ne sont plus produits par plusieurs acteurs majeurs en concurrence leurs prix risquent d'être élevés. Cisco a abandonné le WiMax il y a plusieurs mois : http://www.itespresso.fr/cisco-delaisse-le-wimax-pour-se-concentrer-sur-la-lte-34072.html car le WiMax n'a pas décollé assez vite aux USA. Si pour Nokia et Cisco l'avenir c'est le LTE et que tu t'apprêtes à investir des millions en infrastructure télécom tu y réfléchis à deux fois désormais. Yota a pris une décision rationnelle alors qu'ils étaient déjà engagés sur la voie du WiMax, ceux qui ne l'ont pas encore fait ont plus de chance de choisir le LTE depuis le début de l'année.

  3. Gai Luron a écrit :
    Les grands entrepreneurs (Xavier Niel) se trompent toujours à un moment ou un autre de leur carrière. Personne n'est infaillible.
    Quand l'ARCEP a vendu ses bandes passantes WiMax, personne ne pouvait savoir si cette techno allait mourir sans être née. L'ouverture du marché n'a rien donné, les tarifs des "quelques" équipementiers avec une offre très limitée à certains particuliers n'ont pas pu faire décoller quoique ce soit. Les prix ne sont pas attractifs et la réglementation trop sévère. Plus aucun équipementier n'investit dans ce domaine, le WiMax court à sa mort.

  4. Cisco n'a pas complètement lâché le wi max car il correspond à un environnement spécifique qui peut-être rentable. Et les raisons de l'échec aux USA et en Russie sont totalement différentes. Il faudra attendre ce que Bruxelles décide car il a toujours été clair que la décision viendra de la Commission, ou plutôt des subventions d'équipement wimax - ou pas -qui seront octroyées.

  5. Réagir sur le forum