L’ARCEP fait le point sur le Wimax en France

7

L’Autorité de régulation des télécoms (ARCEP) dresse un état des lieux de l’utilisation du Wimax en France et tente, via une consultation publique, de définir le futur de la technologie sur le territoire.

IFW, société du groupe Iliad, demeure à ce jour la seule à posséder une licence nationale d’exploitation Wimax. Bolloré Télécom dispose, de son côté, de plusieurs licences régionales, couvrant au total l’intégralité du territoire métropolitain, pour un résultat finalement similaire.

Alors qu’IFW était restée très discrète sur le déploiement de son réseau, l’ARCEP révèle ses taux précis de couverture de la population pour chaque département. Dans l’ensemble, on peut voir que la filiale d’Iliad joue la carte du minimalisme : elle se contente de respecter les taux de couverture imposés par sa licence, mais ne va que rarement au-delà.


Dans l’ensemble, l’ARCEP constate que le déploiement du Wimax en France est « toujours modeste ». Bien que 19 acteurs différents bénéficient d’autorisations Wimax à travers l’Hexagone, les services commercialisés sont principalement des accès Internet fixes (notamment dans les zones blanches privées d’ADSL).

Avec des tarifs pas forcément très attractifs, ou du moins des offres incomplètes par rapport au triple-play ADSL, le haut débit fixe via Wimax n’est parvenu à toucher qu’un marché de niche : l’ARCEP comptabilisait 21 000 clients particuliers (et environ 1 500 clients d’entreprise) à travers toute la France, fin 2010.

Cette situation peut également être liée au fait que « les grands FAI du marché français ne commercialisent pas leurs offres sur les réseaux de boucle locale radio » ; seuls les opérateurs locaux (Wibox, Altitude Telecom, Vivéole…) subsistent. À ce jour, IFW n’a pas commercialisé d’offre et n’a pas manifesté son intention de le faire…

L’ARCEP se demande désormais si la technologie Wimax, peu exploitée en France et en déclin à l’échelle mondiale, dispose d’un avenir. Le régulateur incite donc les opérateurs à lui faire part de leurs avis dans le cadre d’une consultation publique, en prenant en compte l’arrivée prochaine de la nouvelle version du Wimax (WiMAX 802.16.m), la présence d’autres technologies (comme le LTE utilisé pour la 4G), mais aussi les ressources disponibles en termes de fréquences.

Qui prendra encore la défense du Wimax ?

Source : ARCEP

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

7 commentaires

  1. Le WiMax est clairement une techno déjà enterrée. Elle aurait pu émerger si elle avait reçu le soutien de grands constructeurs, comme Intel l'avait fait du temps du centrino pour le WiFi. Mais il est désormais absolument certain que ce n'est plus à l'ordre du jour. La bonne nouvelle c'est que l'ARCEP dit de façon on ne peut plus explicite que ces fréquences pourraient être libérées puis réutilisées pour des technos qui -elles- ont un avenir assuré (typiquement la 4G). Et si les détenteurs actuels d'une lixence WiMax ne font pas d'anti-jeu, ça pourrait même se faire relativement rapidement. Bref, y'a pu qu'à ... ;)

  2. Pour ceux qui ne l'aurait pas remarqué, Iliad a provisionné pour dépréciation la licence Wimax qu'il détient à hauteur de 40 millions dans ses comptes 2010 (soit 80% de sa valeur). Source Iliad. http://iliad.fr/finances/2011/CP_090311.pdf Autant dire que le wimax est mort pour Iliad.

  3. "Le WiMax est clairement une techno déjà enterrée." !?!?!? On croit rêver !!! Visiblement beaucoup parlent ici de choses qu'ils ne connaissent pas ! Pour votre info, le WIMAX (qui est la 1ère techno 4G au monde) va atteindre le chiffre d'un milliard d'abonnés à la fin de l'année sur 150 pays, alors que le LTE en est encore a ses balbutiements! Mais évidemment, il faut un peu regarder ce qui se passe en dehors de la France, qui met toujours des bâtons dans les roues aux opérateurs comme FREE, pour préserver les profits de France Telecom. Pour ceux qui lisent l'anglais : http://www.businesswire.com/news/home/20110214007389/en/WiMAX%E2%84%A2-Track-Cover-Billion-EOY-2011

  4. Euh... Entre couvrir une population de 1 milliards de personnes et 1 milliards d'abonnés, y a quand même une sacré différence. Et si, sur le papier, le Wimax est très intéressant, j'ai cru comprendre que son déploiement et son usage est assez problématique dans les faits. Bref, à voir si la nouvelle norme est plus intéressante, et voir surtout si l'état autorise son usage mobile, ce qui rajouterait directement une nouvelle concurrence sur le mobile... Mais bon, ça m'étonnerait que cela arrive avant l'attribution des licences 4G :D

  5. yann4478 a écrit :
    Pour votre info, le WIMAX (qui est la 1ère techno 4G au monde) va atteindre le chiffre d'un milliard d'abonnés à la fin de l'année sur 150 pays, alors que le LTE en est encore a ses balbutiements!
    Pour parler de techno mobile 4G, il faudrait déjà qu'il y ait mobilité... et pour comparer le LTE au Wimax, il faudrait aussi que le déploiement ait commencé au même moment. On parle d'un milliard en termes de population couverte, certainement pas d'abonnés (et d'un coup ça devient bien peu). Le nombre d'abonnés, on ne le connaît pas et il doit être nettement plus préoccupant, puisque tous les grands constructeurs ont renoncé à fournir des équipements Wimax (y compris Cisco : http://www.freenews.fr/spip.php?article7909 ). Là où le Wimax est exploité, les plaintes se multiplient, rapport à la fiabilité plus que douteuse de la techno. Même AT&T, sans doute le plus gros dernier soutien au Wimax, s'apprête à renoncer d'ici à la fin de l'année... Je ne sais pas qui connaît quoi, mais je peux t'affirmer que ce n'est pas en te fiant à de simples communiqués de presse faits pour défendre une technologie x ou y, parfois au mépris de toute réalité, que tu apprendras quoi que ce soit. Et comme ça a justement été indiqué ci-dessus dans les commentaires, le groupe Iliad estime que sa filiale Wimax ne vaut plus un clou. Je ne vois donc pas le rapport entre FT et les "bâtons dans les roues" de Free. De toute façon, ici en France, c'est assez clair : aucune offre commerciale ne marche et l'ARCEP affiche clairement sa volonté de trancher.

  6. Yoann, dans l'article, a écrit :
    À ce jour, IFW n’a pas commercialisé d’offre et n’a pas manifesté son intention de le faire
    IFW indique des taux de couverture qui respectent les engagements de sa licence, mais ne commercialise rien. Donc ces pourcentages, n'ont aucune valeur : a quoi ça sert de couvrir 35% de la Basse-normandie si personne ne peut souscrire un abonnement ?

  7. Il était obligatoire de couvrir 35% minimum de la Basse-Normandie pour éviter de se faire retirer la licence (il s'agit d'une obligation de couverture). La souscription à l'abonnement n'est pas nécessaire pour conserver sa licence. IFW a attendu de voir si cela allait s'améliorer, en attendant il fallait une couverture minimaliste pour éviter de perdre la licence, mais désormais, il n'y aura plus d'efforts. Les opérateurs sont prêts à renoncer complètement. Qui peut croire que le Wimax peut encore exister ? 10 ans pour IFW = pas d'abonnés, le marché n'est pas très juteux. Investissement + licence pour aucun revenu, on est dans de la pure perte. C'est bien que l'ARCEP fasse le bilan, il serait temps de fournir quelques compensations pour libérer les ondes.

  8. Réagir sur le forum