État des lieux du Wimax en France : Iliad garde le silence

3

Patience et longueur de temps…

Lors d’un premier bilan de l’utilisation de la technologie Wimax en France, l’Autorité de régulation des télécoms (ARCEP) nous apprenait notamment que le groupe Iliad (Free), qui dispose de la seule licence d’exploitation Wimax à l’échelle nationale (en un bloc), respectait bien ses impératifs de couverture sur le territoire… mais guère plus.

Fidèle à sa réputation, le groupe continue à jouer profil bas sur le marché du Wimax — sur lequel il ne commercialise aucune offre, rappelons-le.

Contrairement à la plupart de ses confrères, notamment Bolloré Télécom qui dispose d’une licence Wimax nationale reconstituée à partir d’autorisations régionales, Iliad n’a pas souhaité s’exprimer dans le cadre de la consultation publique ouverte par le régulateur sur l’avenir et les enjeux de la gamme de fréquences utilisées par le Wimax.

La décision de l’ARCEP pourrait jouer un rôle décisif dans le futur de la technologie ; Iliad pourrait notamment plaider pour le recyclage des fréquences Wimax (sur la bande 3,5 GHz) en fréquences 4G (LTE), et ainsi disposer d’un réseau 4G quasi-opérationnel à l’horizon 2016 sans avoir à passer par l’appel à candidatures standard, comme certains analystes le pensent.

Gageons toutefois que l’opérateur ne souhaite pas dévoiler ouvertement ses intentions pour le moment, dans un contexte où la moindre réaction de sa part pourrait être analysée par ses concurrents…

Parmi les volontaires ayant rendu un avis au régulateur, on signalera la participation de plusieurs collectivités (Avicca, départements et délégations de service public), d’équipementiers (Huawei, Motorola, Nokia Siemens Networks, le Wimax Forum, etc.) et de nombreux opérateurs (Altitude Infrastructure,
Bolloré Telecom, France Télécom – Orange, Wibox, etc.).

Selon la synthèse réalisée par l’ARCEP, il ressort que de nombreux acteurs sont effectivement favorables à une adoption progressive de la technologie TD-LTE sur la bande des 3,5 GHz, au détriment de la nouvelle version de la norme Wimax (802.16m) :

« De nombreux acteurs notent que le TD-LTE devrait être développé ou est en cours de
développement dans cette bande de fréquences. A cet égard, la plupart de ces acteurs
constatent chez les industriels un désengagement du WiMAX au profit de la technologie LTE.
Les performances du TD-LTE devraient être similaires à celles des technologies WiMAX
802.16m. (…) Selon deux contributeurs, les premiers
terminaux TD-LTE à 3,5 GHz pourraient être disponibles en 2012. Pour trois acteurs, des
équipements à la norme LTE-Advanced, évolution de la norme LTE actuelle, pourraient être
disponibles à partir de 2015. »

Néanmoins, plusieurs contributeurs soulignent que les fréquences utilisées par le Wimax sont globalement insuffisantes pour de nouveaux usages ; ainsi, sur la bande des 3,5 GHz, la plupart des participants réclament des « ressources complémentaires [qui]permettraient notamment la mise en œuvre de canalisations
plus larges, d’au moins 10 MHz »
.

En résumé, si les fréquences actuellement utilisées pour le Wimax constitueraient une excellente base pour le passage au LTE (4G), il est également probable qu’elles ne se suffisent pas à elles-mêmes pour un réseau solide et d’envergure. Plusieurs solutions sont proposées, comme la restitution ou le transfert des « licences non utilisées », ou encore la « densification des réseaux existants »

Source : ARCEP

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

3 commentaires

  1. On devine la stratégie de Free: attendre la mort de WiMax et réutiliser ses fréquences pour la couverture 3G ou LTE. Comme l'Etat a fixé les fréquences mais pas le protocôle exact ni le but, à la mort de WiMax, Free aura des fréquences librement utilisabes. C'est probablement la raison du silence de Free lors de la consultation qui souhaite la mort de WiMax mais ne veut pas l'avouer. Ca explique aussi l'absence des offres et la couverture "A minima": aucun client ne sera lésé par l'abandon de WiMax et sa réutilisation peut être instantannée. Pourquoi pas si c'est pour renfrcer la concurrence mobile mais dommage pour cette technologie prometteuse.

  2. Moui, enfin difficile d'imaginer qu'à la fois le gouvernement et les autres opérateurs acceptent ça. Si Orange, SFR et Bouygues doivent payer quelques milliards d'euros à l'état pour avoir le droit de faire du LTE, je ne pense pas qu'ils laissent Free en faire autant sans repasser à la caisse. Et l'état a pas mal besoin d'argent en ce moment... De plus, il faut savoir que quand on a une licence, on a en fait une licence pour une techno donnée, sur une bande de fréquence donnée. Par exemple (en mettant de côté toutes les contraintes techniques), il serait interdit sans accord de l'ARCEP de faire passer du LTE sur des bandes de fréquence 2G ou 3G. Et cet accord, il se fait contre monnaie sonnante et trébuchante...

  3. Une actualité précédente indiquait justement qu'a priori, une loi allait passer au niveau européen pour rendre les plages de fréquences vendues "technologiquement neutres", c'est-à-dire sans imposition liée à la techno utilisée (enfin, je suppose qu'il faut quand même être dans des plages compatibles, mais le principe est là). Cela reste bien évidemment de la pure spéculation, et, ne serait-ce que parce que cette attribution de plages de fréquences a eu lieur avant cette fameuse loi, rien ne dit que cela soit joué d'avance. Cependant, cela permettrait AUSSI aux opérateurs actuels d'envisager d'utiliser leurs plages actuelles, non? Le fameux article dont je parlais (et d'ailleurs mis en lien dans ce topic ci): Lien

  4. Réagir sur le forum