Twitter : la tentative de rachat par Elon Musk tourne au carnage

0

Depuis l’annonce par le CEO de Tesla, de son intention d’acquérir le réseau social afin d’en faire le dernier chantre de la liberté d’expression à outrance, les informations contradictoires se succèdent à grand train, avec pour dernier volet, la menace d’un retrait pure et simple de son offre, avec pour principal argument, le manque de limpidité de Twitter sur le nombre de faux comptes ouverts, ce qui serait susceptible de faire varier la donne.

Or, le phénomène n’est pas nouveau et demander à l’intégralité des abonnés du réseau, de montrer patte blanche, quelque peu illusoire à moins de faire part, pour Musk, d’une naïveté sans précédent, ce qui serait surprenant.

Alors, ce dernier ne ferait-il tout simplement pas machine arrière, ou ne tenterait-il pas tout simplement de négocier à la baisse le montant qu’il serait contraint d’exposer pour mener à bien son entreprise, alors qu’il a d’ores et déjà revu en intégralité le mode de financement de sa participation ?

Car depuis le début du mois de mai, cette procédure de cession, rythmée par un calendrier d’ores et déjà clairement établi, vire au feuilleton à rebondissements, avec un épisode supplémentaire par semaine et, moins d’un mois après l’annonce, une demande d’audit formée par Musk, s’inquiétant du nombre de bots, provoquant selon lui des variations d’approximativement 17 millions d’abonnés par mois, ce qui est conséquent soit au-delà des 5% déclarés par la société dans le courant de l’année 2013 lors de la dernière évaluation ayant fait l’objet d’une publication officielle auprès des autorités boursières.

Le point de vue de Twitter s’inscrit en faux … bien évidemment.

Du côté de Twitter, aucune rétention ne serait faite sur ces données, contrairement aux accusations portées par Musk, et cette manoeuvre serait la seule et unique carte entre les mains de ce dernier pour retirer sa proposition, sans procéder au règlement de la clause mise à sa charge à cet effet, d’un montant d’1 milliard USD ou bien encore, de tirer vers le bas, l’évaluation de sa participation.

Cette dernière hypothèse est somme toute assez probable, au regard de la forte dévaluation supportée par le titre depuis l’annonce de cette offre, à hauteur de 25%, et qui par voie de conséquence, serait bénéficiable à l’auteur de la manoeuvre… ou pas, ce dernier se retrouvant depuis dans la fenêtre de tir des autorités boursières et pas forcément dans une position avantageuse depuis des accusations de manipulation du marché en faveur du titre Tesla en 2018.

En tout état de cause, l’affaire fait du bruit et même si Elon Musk obtient cette sacro-sainte diminution du prix, cette dernière aura eu pour effet d’attirer l’attention des instances gouvernementales, et notamment du Ministère de la Justice texan, qui de son côté, a ouvert une enquête.

Share.

About Author

Responsable légal, responsable d’édition, auteur et hébergeur.

Comments are closed.