Pages perso Free : fin des API externes, mise à jour du PHP en vue

0

On commence par la bonne ou la mauvaise nouvelle ?

Les pages perso hébergées gratuitement chez Free ne peuvent plus, depuis quelques jours, faire appel à des services externes (sur d’autres noms de domaine) en PHP. De quoi compliquer la vie des utilisateurs…

Depuis quelque temps, Yohan Tordjman, responsable du service pages perso chez Free, avait mis en place un système permettant aux utilisateurs d’avoir recours à des services externes en PHP (des API, ou des flux RSS, par exemple…), à condition que le domaine demandé soit inscrit dans une liste blanche. Pour ajouter un site à cette liste, il suffisait d’en faire la demande sur les newsgroups des pages perso ; après vérification, si le domaine n’était pas considéré comme problématique, il était ajouté.

Suite à des abus, le serveur « passerelle » permettant de filtrer les accès externes a grillé, indique Yohan Tordjman. Conséquence directe : le système de whitelist ne sera pas remis en ligne, coupant tout accès externe possible pour les pages perso. Les effets de cette décision sont lourds pour les utilisateurs : un blog auto-hébergé, par exemple, ne sera plus capable de réaliser de mises à jour automatiquement. Des API fréquemment utilisées, comme celles de Google ou Akismet (anti-spam), ne sont plus fonctionnelles… etc.

Néanmoins, à toute chose malheur est bon : pour corriger le souci de façon durable, Yohan a annoncé qu’il se penchait sur une mise à jour de la version de PHP sur les serveurs des pages perso. Cette mise à jour était réclamée depuis bien longtemps par la communauté : la version actuelle, obsolète, ne permet plus de faire tourner un certain nombre d’outils (systèmes de forums, blogs et autres CMS).

L’arrivée de ce nouveau PHP pourrait toutefois prendre « plusieurs mois » selon Yohan. Il faudra donc prendre son mal en patience…

Source : newsgroups p.f.services.pagesperso

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.