Xavier Niel vers la création d’une école de l’Internet

8

Xavier Niel, Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée) et Marc Simoncini (Meetic), trois « géants de l’Internet », travaillent à la création de l’EEMI (Ecole européenne des métiers de l’Internet), à l’horizon 2011.

Le trio explique ce jour son projet dans un entretien avec Paris Match. Estimant que la France manque cruellement de formations, les trois entrepreneurs, qui ne brillent pas par leurs parcours scolaires respectifs, pensent pouvoir ouvrir un établissement formant aux métiers du web : « l’idée de notre école n’est
pas de former une élite, mais des
jeunes qui sortent avec des connaissances utiles pour prendre leur destin en main et trouver un travail
dans l’industrie du Web »
, explique Marc Simoncini.

La création d’une école dédiée répond toutefois à un problème plus vaste d’éducation en France : « aujourd’hui, je pense
que le système scolaire
n’est pas adapté,
il
n’y a
pas de désir d’apprendre. J’ai
trois enfants,
intelligents et
sympas, mais ils n’ont
pas le désir d’aller à l’école »
, regrette Jacques-Antoine Granjon.

Actuellement, les web-entrepreneurs « n’ont
pas
beaucoup
de formation. Nous
sommes assez peu diplômés »
, admet Xavier Niel. Ce dernier n’hésite pas à mettre en avant son activité d’investisseur dans de jeunes entreprises : « plutôt que les
entreprises, nous préférons les hommes. Nous
parions sur des jeunes,
des gens qui vont nous
impressionner, qui ont une énergie.
On aimerait bien trouver le Google
de demain »
. Avant de résumer, provocateur : « Notre succès à
nous,
dans
l’Internet,
s’est fait en dépit [du] système, ou peut-être grâce à lui.
Parce que quand vous avez un mauvais système, c’est plus facile de gagner contre lui »

L’EEMI devrait ouvrir en région parisienne dès la rentrée de septembre 2011.

Photo : Xavier Niel, Jacques-Antoine Granjon et Marc Simoncini lors de la conférence LeWeb’10, le 9 décembre dernier

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

8 commentaires

  1. J’ai trois enfants, intelligents et sympas, mais ils n’ont pas le désir d’aller à l’école
    Le problème est bien là... l'école telle qu'on la connait est entièrement à refaire tellement elle est peu intéressante... et longue à souhait.

  2. Probablement comme Epitech, il faudra un Bac. Vu que le but de l'ecole n'est pas de s'inscrire dans un cursus classique je suppose que ce ne sera pas un diplome reconnus, mais un diplome de l'ecole qui elle se devra de faire ses preuves.

  3. Le problème avec ce genre d'écoles c'est qu'elles deviennent vite des fabriques à mouler des cerveaux. Je veut dire par là que l'on donne le même type de formation aux types ayant le même cursus. Ensuite on crée un carcan, une façon de penser, de raisonner, de procéder qui enferme et tue toute originalité. Le pire étant ensuite, que l'industrie du net en France ferme les portes de l'embauche aux gens ne sortant pas de ces écoles. Exemples: nos écoles d'ingénieurs, de commerce ou de journalisme sortant des diplômés tous fabriqués dans le même moule, ayant la même façon de penser dépourvus de toute originalité. :(

  4. « l’idée de notre école n’est pas de former une élite, mais des jeunes qui sortent avec des connaissances utiles pour prendre leur destin en main et trouver un travail dans l’industrie du Web »
    La sélection devrait donc se faire plus sur la personnalité de l'individu (le Bac ne doit pas être éliminatoire) 2 dissertations (2 langues ? ) + test psychotechniques + présentation d'un sujet & entretien individuel. l'objectif serait peut-être de donner de l'autonomie et développer le sens de l'initiative voire sens créatif... J'ai du mal à cerner les types/profils de "profs" sélectionner ... quelle méthode pédagogique ? Si L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte, enseigner est un art qui n'est pas accessible à tous. :) Vivement que l'on nous en dise plus sur ce projet.

  5. Moi cela m'interesse... J'ai pas le bac mais j'ai des idées sur l'animation de communauté, les interfaces, la création de contenu participatif et l'animation de réseau, de mutualisation Déja y'a même pas de formation de communauty manager en France... En France a par fabriquer des brodeurs de code tous le reste est négligé.... Le bléme c'est que les codeurs pechent sur la dimension intelligence émotionelle et donc tout ce qui est conception interface et tous ce qui touche a la dimension manager de communauty... Déja suffit de voir la m.... qu'est facebook....

  6. Lennart a écrit :
    Le problème avec ce genre d'écoles c'est qu'elles deviennent vite des fabriques à mouler des cerveaux. Je veut dire par là que l'on donne le même type de formation aux types ayant le même cursus. Ensuite on crée un carcan, une façon de penser, de raisonner, de procéder qui enferme et tue toute originalité. Le pire étant ensuite, que l'industrie du net en France ferme les portes de l'embauche aux gens ne sortant pas de ces écoles. Exemples: nos écoles d'ingénieurs, de commerce ou de journalisme sortant des diplômés tous fabriqués dans le même moule, ayant la même façon de penser dépourvus de toute originalité. :(
    "mais des jeunes qui sortent avec des connaissances utiles pour prendre leur destin en main"
    Si tu le dis avec autant de certitude, c'est que cela doit être vrai ? ;)

  7. Réagir sur le forum