Vivendi demande à Numericable d’améliorer son offre

11

La nouvelle offre soumise par Bouygues pour le rachat de SFR aura atteint son objectif : déstabiliser le groupe Altice (Numericable) et semer le doute sur l’issue de cette phase de négociations exclusives…

L’offre améliorée de Bouygues, proposant désormais 13 milliards d’euros en cash pour le rachat de SFR ainsi que d’autres garanties, a semé le doute au sein de Vivendi. Dans le cadre des négociations, le groupe aurait demandé à Altice d’améliorer son offre afin de « réduire l’écart » la séparant de celle de Bouygues.

Officiellement, Vivendi n’a pas le droit de considérer d’autres offres que celle de Numericable pendant une période d’exclusivité courant jusqu’au 4 avril. Le coup de bluff de Bouygues aura donc parfaitement atteint son objectif.

Bouygues joue la montre mais reste actif. Sa nouvelle offre, déjà nettement remontée par rapport à sa proposition initiale, pourrait encore s’améliorer dans les jours à venir. Le groupe de BTP serait à la recherche de nouveaux investisseurs pour améliorer son dossier une nouvelle fois : « nous sommes à la recherche de davantage d’investisseurs pour améliorer encore la partie en numéraire et offrir à Vivendi une sortie rapide », confirme une source interne à Reuters. Le trouble-fête s’assure ainsi d’anticiper toute nouvelle amélioration de l’offre d’Altice…

Sources : Reuters (via La Tribune), TeleGeography

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

11 commentaires

  1. Je n'ose pas imaginer les conséquences si BT finit par être choisi par Vivendi et si l'ARCEP dit non ... 1 milliard d'euros pour rien, ça va se sentir !

  2. Y'a un truc que j'ai pas compris: en supposant que Bouygues rachète SFR, ils font quoi de la marque "SFR" ? ils la gardent donc il y aura des offres SFR et Bouygues mais vendues par Bouygues ? ou ils font disparaitre la marque tout simplement, uniquement dans le but de récupérer les antennes/fréquences d'SFR et leurs clients ?

  3. Dans l'hypothèse ou Bouygues ferait affaire il proposera son réseau à Niel le + cher possible pour récupérer sa mise, ce que Niel ne manquera pas de marchander aussi vu que Bouygues n'aura personne d'autre à qui refourguer ses antennes.  :)

  4. Le plus cher possible, pour le moment, c'est 1.8 milliard, ce qui est un prix bradé mais B.T n'a pas trop le choix pour avoir l'aval de l'autorité de la concurrence. On lit ailleurs que si Free devait vraiment construire son réseau tout seul (mais est ce que ça a jamais été dans les plans de Free ?) il devrait encore débourser 3 milliards. En tout cas, quelle que soit la solution retenue, on sera loin du milliard annoncé au départ par l'expert en chef : X.N
    En parlant de milliard, on peut imaginer que si B.T promet 1 milliard 'indemnité à Vivendi si le deal ne se faisait pas, c'est qu'ils ont dû se renseigner auprès des autorités qui devront donner leur accord, ou alors ils sont très très joueurs chez Bouygues, mais j'en doute tellement la somme est colossale.

  5. frees a écrit :

    Y'a un truc que j'ai pas compris: en supposant que Bouygues rachète SFR, ils font quoi de la marque "SFR" ? ils la gardent donc il y aura des offres SFR et Bouygues mais vendues par Bouygues ? ou ils font disparaitre la marque tout simplement, uniquement dans le but de récupérer les antennes/fréquences d'SFR et leurs clients ?

    Non il est clair que la marque SFR disparaitrait, pourquoi Bouygues mettrait 13G€ pour faire disparaitre son nom ?
    mais si la marque SFR disparait, la moitié des clients aussi, au départ, beaucoup ne veulent pas de Bouygues, surtout ceux du fixe, et je les comprends, Bouygues n'investira pas dans le fixe, sinon il l'aurait déjà fait et ce n'est pas le cas.
    En fait Bouygues veut acheter un réseau fixe et des clients, pour les clients, ce n'est pas gagné qu'ils restent et pour le fixe, ils n'auront pas les moyens d'investir face à un gros réseau Orange et un casseur de marges comme free.
    Free a les moyens de baisser les prix du fixe (pas du mobile, faut pas rêver) de 10 euros, le mobile leur servant à recruter sur le fixe.
    Alors soit Bouygues+SFR évolue vers le haut de gamme pour grossir ses marges, mais butte sur le bloc Orange qui attend de ramasser les morceaux, soit se frotte sur les prix avec free qui  a de la marge.
    En fait le challenge à 5 ans pourrait bien ne pas être 3 ou 4 opérateurs mobiles , mais 1 ou 2.

  6. Réagir sur le forum