Le spectre du yacht Phocéa de Xavier Niel resurgit, via les #ParadisePapers

1

Philippe Starck n’est pas seul à être visé par les #ParadisePapers. Xavier Niel, fondateur de Free, est également concerné via la possession de son yacht, le Phocéa.

Les #ParadisePapers, documents réunis et publiés par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), visent à interpeller l’opinion publique sur les techniques d’évasion fiscale massivement pratiquées par un certain nombre de personnalités publiques. Un grand nombre de célébrités, pratiquants à différents degrés de l’optimisation en passant par des paradis fiscaux tels que les Bermudes ou encore l’Île de Man, y sont citées. Parmi celles-ci figure… Xavier Niel, le fondateur de Free.

En jeu : un yacht. Le Phocéa, que la réputation précède puisqu’il était déjà passé entre les mains du sulfureux Bernard Tapie, dans les années 1990. Celui-ci avait été condamné en 1998 pour avoir artificiellement imputé des pertes… sur la société détentrice du bateau.

Depuis 2010, c’est donc Xavier Niel qui est le détenteur du symbolique Phocéa, via la société Phocea Limited. Le fondateur de Free en possède 50% par le biais de sa holding personnelle NJJ Capital, tandis que les 50% restants sont détenus par les frères Rosenblum, fondateurs de Pixmania.

Un dossier révélé par Mediapart dès le mois de mai

Le dossier n’est pas nouveau, puisque Mediapart l’avait déjà évoqué au mois de mai. Les #ParadisePapers ne font que lui donner une seconde vie, tout en y apportant un peu plus d’infos, notamment dans les colonnes du Monde (dont Xavier Niel est actionnaire à titre individuel).

Le fondateur de Free est accusé d’être passé par Malte pour immatriculer sa société Phocea Limited. Le régime maltais serait particulièrement avantageux pour les propriétaires de yacht, explique Le Monde : la TVA est réduite en jouant avec un système de location-vente, connu sous le nom de « leasing maltais ». Une véritable niche fiscale, souligne le journal, qui indique que la Commission européenne souhaite s’attaquer à cette astuce — légale, pour le moment.

Contacté par Le Monde, Xavier Niel n’a pas souhaité s’exprimer. En revanche, son entourage assure que la possession du voilier relève d’un placement, le milliardaire n’ayant aucune utilité personnelle au yacht — il déteste naviguer. Sur le choix de la domiciliation maltaise, Xavier Niel se serait contenté de suivre les choix de ses avocats.

Source : Le Monde

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

1 commentaire

  1. "Sur le choix de la domiciliation maltaise, Xavier Niel se serait contenté de suivre les choix de ses avocats".
    À l'insu de son plein gré, donc.

    De toute façon, ce doit être très compliqué pour lui de gérer sa fortune sans faire d'évasion fiscale ; n'avait-il pas indiqué en 2014 sur Bfm Business que "la France est un paradis fiscal".

    Heur et malheur des ultras riches !

  2. Réagir sur le forum