Roaming en Europe : face à l’opposition des opérateurs, Bruxelles recule

47

La fin des coûts de roaming international au sein de la zone Europe, annoncée par la Commission européenne comme une des mesures-clés du domaine des télécoms, n’aura finalement peut-être pas lieu…

Les opérateurs se sont opposés en bloc à la mise en place d’une zone Europe unique des télécoms, qui ferait à terme disparaître le coût d’itinérance lors d’un voyage d’un pays à l’autre (pour les appels, SMS, MMS, données consommées…). En juillet, Stéphane Richard, PDG d’Orange, accusait la Commission de vouloir « fragiliser » les opérateurs avec un tel projet, et réclamait la mise en place d’un « moratoire sur les baisses de prix du roaming ».

Ces derniers jours, le discours du côté de Bruxelles s’est sensiblement obscurci. Le nouveau texte sur les télécoms, qui doit être présenté le 10 septembre prochain, aurait abandonné l’idée de réduire à nouveau le coût des appels en itinérance. La Commission recommanderait désormais simplement aux opérateurs de conclure des partenariats entre eux pour faire disparaître les tarifs d’itinérance, sans toutefois leur imposer une telle mesure.

« Nous voulons éviter un chaos pour l’industrie », justifie prudemment une source européenne citée par Les Échos. Bien qu’en façade, la Commission l’assure : « nous voulons encore et toujours nous débarrasser de l’itinérance », indiquait Ryan Heath, porte-parole de la Commissaire européenne Neelie Kroes, face à la polémique naissante. En réalité, les législateurs seraient à la recherche d’une solution pour que la baisse de roaming ne profite qu’aux voyageurs en déplacement en Europe, en évitant que des abonnés souscrivent un abonnement dans un pays moins cher (Europe de l’Est, par exemple) pour l’utiliser chez eux en permanence…

Source : Les Échos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

47 commentaires

  1. Faudrait-il aussi que les eurocrates imposent à Renault d'offrir gratuitement des Twingo aux automobilistes qui ne font que 5000km par an ?
    Ou imposer aux pompistes anglais de servir de l'essence au tarif Roumain pour les touristes roumains ?

  2. Je doute que ce soit aussi manichéen ;) Sinon le roaming n'aurait jamais baissé, il serait soit à un prix stratosphérique (celui des débuts), soit gratuit, ce n'est pourtant ni l'un ni l'autre. Il y a donc bien eu, et il y a encore négociations entre pouvoirs publics et grands opérateurs, c'est le jeu habituel. ;)

  3. Je suis un peu d'accord avec vous yoyo6963 sauf que ces cartels n'existent aujourd'hui et pour la plupart que grâce  à la volonté des pouvoirs publics qui ont confié un patrimoine commun, financé par l'impôt (infrastructures télécom, voies ferrées...) à des entreprises nationales, vite privatisées, leur octroyant par là-même une rente de situation.
    C'est cette même rente de situation que les opérateurs telecom "historiques" (car il s'agit d'eux ici) défendent bec et ongles.

  4. aucun intérêt de la part des opérateurs à vouloir bloquer l'évolution logique des choses... (à part moins de sous dans leurs poches).
    sinon on défait la zone euro si il continue à exister des frontières pour certains...
    aux USA y'a pas de roaming quand on passe d'un état à l'autre.
    ce qui risque de se passer c'est qu'un opérateur veuille sortir du lot en surfant sur cette idée et qu'il devienne opérateur télécom européen en rachetant d'autres opérateurs...
    à force de pas vouloir bouger on devient rouillé ;)
    à force de pas vouloir bouger leur avenir risque de leur échapper des mains ;)

  5. Réagir sur le forum