La réussite de Free, une « discipline de la rupture »

2

Au cœur du succès de Free, sa stratégie de communication disruptive et agressive est pour beaucoup. Étienne Candel l’a analysée pour La Tribune.

Ce maître de conférences, chercheur en communication, décrypte la « discipline de la rupture » que s’est imposée Free, suite à l’annonce de l’arrivée d’un quota de 50 Go de données 4G sur son forfait mobile. Pour cet expert, à la différence de ses concurrents, Free a toujours un coup d’avance :

Ce qui apparaît, c’est que Free s’est fixé en quelque sorte une « discipline de la rupture ». Dès qu’on a le sentiment d’une offre installée ou d’une position acquise sur le marché, l’entreprise semble chercher à surenchérir au plus vite. Là où un acteur normal pourrait se dire qu’en proposant 50 Go de données mobiles, il conviendrait d’attendre les effets de cette offre sur le marché, Free va au contraire se mettre en recherche du prochain coup et se repositionner très rapidement.

Jugé indispensable à la réussite de Free, l’accent mis sur les réseaux sociaux et les communautés est cependant « à double tranchant », puisqu’il forme des générations d’utilisateurs mieux informés, et expose l’opérateur lui-même à la critique. « Le risque, c’est que ce consommateur malin, encouragé à bien peser ses choix de consommation, s’en aille le jour où une offre concurrente de rupture apparaîtra ». Ainsi, Free n’a d’autre choix que de continuer à proposer des offres attractives, pour conserver ses abonnés durement recrutés.

Accéder à l’article dans son intégralité

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. Personnellement je trouve que "la rupture" est de plus en plus lente chez Free et sur le fixe encore plus.
    Mais bon je n'ai peut être plus les même attente qu'avant.

  2. C'est vrai qu'avant Free était en avance sur le fixe et donc ses ruptures étaient féroces. Sur le mobile, c'est tout un réseau qu'il doit construire et c'est donc un frein, le réseau ne peut exister du jour au lendemain.
    D'ailleurs, c'est très visible. Free met les bouchées doubles pour le réseau mobile et donne l'impression de ralentir sur le fixe, tandis que Bouygues (ralentissement sur le mobile) met les bouchées doubles sur le fixe.

  3. Réagir sur le forum