Réforme de la fiscalité : l’exemple de Xavier Niel

0

73% d’augmentation d’impôts

Le magazine Challenges consacre un dossier à la fiscalité mise en place par le gouvernement… en s’appuyant sur l’exemple de Xavier Niel, le fondateur de Free.

Le projet voulu par François Hollande touchera tout particulièrement les grands actionnaires, qui tirent leur fortune de dividendes et de plus-values. Ces revenus particuliers, qui étaient jusque là taxés de façon forfaitaire, seront désormais soumis à un barème progressif, identique à celui de l’impôt sur la fortune.

Pour les actionnaires dont la fortune repose principalement sur les dividendes, l’augmentation sera conséquente. Challenges calcule ainsi que des actionnaires tels que Bernard Arnault, François Pinault, Vincent Bolloré, les familles Bettencourt (L’Oréal), Mulliez (Auchan), Dassault, Hermès, Ricard, etc. verront leur imposition quasiment doubler.

Le cas de Xavier Niel est particulièrement éloquent. Le magazine détaille son calcul : l’an dernier, le fondateur de Free (qui détient à lui seul environ 60% des actions du groupe Iliad) a touché 12,5 millions d’euros en dividendes (contre seulement 173 040 € de salaire brut), soit une somme de 3,3 millions d’euros d’impôts à verser avec l’ancien système. Sous le nouveau régime, cela représenterait un impôt de 4,5 millions d’euros… soit une augmentation de 73%.

Derrière ce qui n’est rien d’autre qu’un exemple (particulièrement représentatif), Challenges s’interroge sur la pertinence de l’abandon d’un système d’impôt forfaitaire pour les dividendes. « Quelle incitation à créer une entreprise, à investir dans le secteur productif si l’on n’y gagne rien de mieux qu’à être salarié ou à placer son épargne sur un livret A ? », se demande Michel Taly, fiscaliste cité par le journal.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.