Comment se porte Internet en France ? L’Arcep fait son bilan !

0

L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes a publié son rapport sur la santé d’Internet en France. Il juge le réseau selon 5 points : qualité de service, transition vers l’IPv6, interconnexions, neutralité d’internet et ouverture des terminaux.

Quelle est la qualité d’Internet en France ?

Selon l’Arcep, le débit moyen de 4G en France était de 39Mbits/s en 2018 contre 30 MBits/s toutes technologies confondues (fixes et mobiles).
De même, la part des pages web chargées en 2018 atteignait 96% avec la 4G et 81% pour l’ensemble des technologies.

Comment sont réalisés les tests de l’Arcep ?

Devant les difficultés à recevoir des chiffres précis avec les comparateurs, l’organisme a décidé de publier un “code de conduite” en décembre 2018. Il contient notamment les consignes à suivre pour obtenir des mesures homogènes et permettent plus de transparence sur les choix méthodologiques utilisés.
A ce jour, l’Arcep comptabilise 5 outils qui respectent ces règles :

  • nPerf
  • Speedtest, développé par UFC Que Choisir
  • DébitTest 60, développé par 60 millions de consommateurs
  • 4GMark, de QoSi
  • IPv6-test

L’Arcep a également travaillé en collaboration avec les opérateurs proposant des services de réseaux internet pour qu’ils intègrent une API dans les box de leurs abonnés. Celle-ci est ensuite utilisée pour diagnostiquer de façon précise la qualité de connexion.

Comment est l’interconnexion d’Internet ?

D’après le rapport de l’Arcep, au 2ème trimestre de l’année 2018 le trafic entrant vers les principaux opérateurs était évalué à 14,3 Tbits/s.

A quoi sert l’interconnexion ?C’est l’outil qui permet aux réseaux de communiquer entre eux, ce qui représente la base d’Internet.

Quel est le niveau de transition vers l’IPv6 en France ?

L’Arcep a noté qu’à fin juin 2018, Free (50%) et Orange (45%) constituaient les seuls opérateurs à avoir déployé l’IPv6 sur le fixe.
En ce qui concerne le mobile, Bouygues Telecom affiche un taux de 7% et Orange 1%.

A noter : l’IPv4 approche de sa date de fin de disponibilité qui est prévue pour juin 2020. L’Arcep informe donc les opérateurs sur l’importance de déployer l’IPv6 avant l’échéance de 2020, d’autant que les prix des adresses ont déjà augmenté de façon conséquente.

L’internet européen est-il neutre ?

L’Arcep s’assure également que le net reste un espace neutre pour ses utilisateurs. Le principe consiste à contrôler que les flux de données qui transitent via le web soient traités de façon égale, peu importe l’émetteur et le destinataire.

Avec l’ouverture d’internet en Europe, l’Arcep estime “que les lignes directrices […] ont globalement fait leurs preuves.”.

Comment l’Arcep sait si ce principe de neutralité est respecté ?

L’organisme possède l’application Wehe compatible avec Android et iOS qui permet de détecter les bridages de lux internet ainsi que la plateforme J’alerte l’Arcep qui procure la possibilité aux particuliers, collectivités ou entreprises de signaler un problème avec l’opérateur fixe, mobile ou postal.

L’ouverture des terminaux

L’Arcep constate que malgré l’ouverture du Net en Europe, les terminaux représentent un point faible. En effet, Android et iOS occupent des positions dominantes. Android ayant même reçu une ancion pour abus de positon dominante sur le marché des systèmes d’exploitation mobiles.

Pour faire face à cette contradiction, l’Arcep a rédigé 11 propositions pour assurer un internet ouvert “de bout en bout”.

Partager

A propos de l'auteur

Les commentaires sont fermés.