Rachat de SFR : le rôle de Bouygues critiqué par un administrateur Vivendi

17

Le rachat de SFR a été ponctué de coups de poker, annonces de nouvelles offres et surenchères. Henri Lachmann, un des actionnaires de Vivendi, était aux premières loges et il ne mâche pas ses mots envers le candidat malheureux : Bouygues

Vivendi aurait fait l’objet de « pressions spectaculaires et choquantes », selon Henri Lachmann, aussi bien de la part du groupe de Martin Bouygues que des pouvoirs publiques, largement en faveur du dossier déposé par le spécialiste du BTP.

Bouygues a surpris tout le monde en dévoilant une nouvelle offre soumise à Vivendi, alors même que celui-ci venait de rentrer en phase de négociations exclusives avec son concurrent, Altice-Numericable. Martin Bouygues n’a pas seulement été omniprésent sur la scène médiatique, il a aussi cherché à séduire Vivendi directement auprès des actionnaires : « j’ai vu Martin Bouygues deux fois deux heures, j’ai vu [Olivier] Roussat deux heures », énumère Lachmann.

Même les grands pontes de Free, qui ne cachaient pas leur soutien au dossier de Bouygues (qui leur aurait permis de racheter le réseau mobile de Bouygues Telecom), y sont allés de leur petite visite : « j’ai même vu deux heures Xavier Niel et Maxime Lombardini, chercher à me vendre Bouygues dans l’espoir de récupérer ses réseaux ».

Henri Lachmann, qui considère que le dossier de Numericable était le meilleur sans l’ombre d’une hésitation, voit en toutes ces interventions « le refus de l’autre, le sectarisme de tout l’establishment » contre Patrick Drahi, (PDG d’Altice), « rejeté (…) juste parce qu’il était inconnu, vivait en Suisse et dirigeait un holding dont le siège est au Luxembourg ». Pour lui, « Martin Bouygues et son cabinet de conseils ont eu une mauvaise conduite »

Source : Le Parisien

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

17 commentaires

  1. Et si tout cela n'était que des coups de bourses finalement ?
    Ces annonces [i](qui ne coutent rien)[/i] ont fait fortement varier le cour de Iliad passant de 170 à 215 puis une rechute a 190.
    Il serait intéressant de savoir à qui appartient principalement le volumes d'action du 10mars ;-)

  2. Ah.. Les déclarations tonitruantes (je n'ai jamais bien su ce que Toni venait faire là-dedans... ;) ) des uns et des autres! Quand on connait le "dynamisme" de Vivendi (non, non, pas conservateurs du tout!), l'ouverture d'esprit d'un groupe multimédia qui reste encore sur les données du siècle dernier (non, avant dernier!), on peut se poser des questions... Si le groupe était un parangon de vertus philanthropiques, cela se saurait! Par contre, comme pompe à finances, cela se tient un peu là! D'un autre côté, au vu des projections que Martin a pu faire au niveau de l'avenir de BT, l'artillerie lourde a été utilisée, avec un méga-forcing ("aidé" par XN...) qui a peut-être constitué une sorte de "chant du cygne"... Et quand on sent que l'on est de plus en plus éloigné du paradis, on tire fort sur la corde pour essayer de remonter! Pour en revenir au "monsieur", c'est comme s'il avait oublié qu'il "sévissait" dans le monde des affaires, et qu'il "ignorait" les coups fourrés, chausse-trappes et autres douceurs de ce monde... Ce qui le gène peut-être est que ces "messieurs" sont beaucoup plus habitués à réaliser leurs affaires "en douce", de préférence à l'abri du fisc et du grand public...

  3. (Fansat70)
    "..[b]comme s'il avait oublié qu'il "sévissait" dans le monde des affaires[/b], et qu'il "ignorait" les coups fourrés, chausse-trappes et autres douceurs de ce monde."
    salut
    effectivement, le Môssieur feint de découvrir --> comment ça se passe dans CE milieu là !!!  >:(

  4. En tout cas, tout ce qui arrive est une bonne chose pour les clients !
    SFR sera renforcé et mettra la pression à ses concurrents.
    Bouygues et Free ont fait la paix. Ils ne se mettront plus autant de batons pour s'empêcher d'avancer et ils seront motivés par l'avancement de leurs réseaux pressés par leurs concurrents. De plus, comme tout le monde devra avancer vite pour gagner les parts des marchés, il faudra y mettre les moyens, donc des emplois.
    Le gagnant dans tout cela sera le client et les français !
    (PS: les membres du gouvernement ont montré leur vrai visage: intérêt personnel au détriment de la France et des françias)

  5. Malheureusement, ce n'est pas le rôle des gouvernements dans notre République, ils sont là pour servir les intérêts du Peuple, et non pas celui de nobles, aristocrates, industriels ou puissants.
    D'ailleurs, tout ceci est une histoire d'oeuf et de poule. Qui fait l'autre? Quel est l'organe le plus important dans le corps humain? Sans les paysans, les ouvriers, les techniciens, ... pas d'industrie, ni de dirigeants pour vivre du travail des autres.... Non, un "patron" n'offre pas du travail aux autres, il vit du travail des autres!  Certains oublient  que c'est le déséquilibre actuel qui nous menace, et nous ramène à l'exploitation des uns par les autres.
    Les lectures du Siècle des Lumières sont cruellement manquantes!

  6. Réagir sur le forum