Quand un député veut nationaliser Internet…

0

Je veux juste une dernière danse

Le député UMP Jacques Myard (en photo) a créé la polémique en abordant, au micro de Radio Courtoisie, la « nécessité de nationaliser » Internet, arguant que « les Chinois l’ont fait ».

Le réseau mondial n’a décidément pas que des amis dans les hautes sphères. « Les psychopathes, les violeurs, les racistes et les voleurs y ont fait leur nid », clamait Frédéric Lefebvre ; « le net est la plus grande saloperie qu’aient jamais inventée les hommes », surenchérissait Jacques Séguéla.

Il faudra désormais compter sur Jacques Myard, qui considère que « le réseau internet aujourd’hui est totalement pourri. Et quand je dis pourri, c’est que peut-être nous avons tous dans notre réseau internet des chevaux de Troie qui vont se réveiller peut-être dans un an, peut-être dans 18 mois, peut-être demain matin. […] J’espère que l’on va prendre conscience de la nécessité de nationaliser ce réseau, et d’avoir la capacité de mieux le maîtriser, les Chinois l’ont fait ».

Dans un communiqué ultérieur à ces propos, tenus sur Radio Courtoisie, le député précise sa pensée : « « Nationaliser Internet » ne signifie en aucun cas créer une police des échanges entre particuliers, sous réserve de la diffamation ou la violation des droits d’auteurs. En revanche, il faut savoir qu’Internet fonctionne par l’attribution des DNS (Domain Name System) aux différents opérateurs, sorte de routeur central du système, lequel est totalement aux mains d’une société américaine, l’ICANN, laquelle est elle-même le faux nez du gouvernement américain. L’une des solutions […] serait que la France maîtrise ses DNS ».

Benjamin Bayart, président de FDN et connu pour ses prises de position en faveur de la neutralité du net, a tenu à démystifier ces arguments sur son blog. « Le trafic qui va d’un abonné Free (ou Orange, ou SFR, ou Neuronnexion, ou…) à FDN, par exemple pour lire ce blog, ne passe pas par les États-Unis. […] Dire que parce que les États-Unis auraient la haute main sur le DNS (ce qui n’est pas le cas) ils seraient en mesure de tout espionner et de tout filtrer, c’est tout simplement faux ».

La France suivra-t-elle l’exemple démocratique chinois ? Jacques Myard entend faire une proposition de loi sur le sujet. Affaire à suivre…

Source : PC INpact

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

Les commentaires sont fermés.