Orange Suisse échappe à Xavier Niel

3

Orange a finalement décidé de ne pas céder sa filiale helvétique au dossier formé par Xavier Niel, avec le soutien de Goldman Sachs Capital Partners et du fonds de private equity Doughty Hanson.

Dans un souci de recentrage de ses activités, France Télécom avait annoncé cette année sa volonté de se débarrasser de sa filiale en Suisse. Rapidement, un candidat au rachat inattendu s’était fait connaître : Xavier Niel, fondateur de Free…

L’offre du trublion n’a toutefois pas eu les faveurs d’Orange. Parmi les cinq offres reçues, l’opérateur a privilégié le dossier constitué par le fonds d’investissement Apax Partners. Le montant de la vente s’élève à « une valeur d’entreprise de 2 milliards de francs suisses (1,6 milliard d’euros) ».

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

3 commentaires

  1. mike a écrit :
    je peux comprendre le refus concernant le dossier de Free, ils n'ont pas envie d'avoir FREE comme adversaire de plus en suisse, (accords roaming ).
    Ce serait pas vraiment un adversaire, puisque Orange aurait abandonné sa branche Suisse et n'y serait donc plus.

  2. Merci de n'avoir pas fait d'amalgame entre Free et le groupe de finance soumissionnaire dont faisait partie X.Niel, comme certains de vos confrères, y compris dans la "grande" presse écrite... La problématique avec certains "écrivaillons" est qu'à force de vouloir faire du sensationnel, on écrit n'importe quoi, sans vérification aucune, en ignorant superbement le pourquoi du comment du sujet... Peut-être faudrait-il expliquer à ces gratte-papiers ce que sont des "hontes au logis"??? ;)

  3. Réagir sur le forum