Optimiser les communications pour désengorger les réseaux

7

Confrontés à une saturation des réseaux mobiles 3G en perspective, de plus en plus d’opérateurs cherchent des solutions. Qualcomm, constructeur télécom, y va de sa petite proposition…

Contrepartie inévitable de l’explosion des usages liés à l’Internet mobile, la saturation des réseaux pourrait être résolue ou du moins résorbée en se penchant, non pas sur les usages de type “data”, mais sur les communications vocales. Celles-ci, quasiment négligées lors de la recherche de solutions, pourraient pourtant être optimisées pour libérer des ressources.

« Les acteurs du secteur ont en effet beaucoup travaillé sur la data mais moins sur la voix. L’idée est d’encoder la voix sur un canal data afin de libérer de la ressource. On estime que les ressources nécessaires peuvent ainsi été divisées par deux », explique un responsable de la firme.

Concrètement, la solution serait de faire passer la voix, non pas sur un canal dédié comme c’est actuellement le cas, mais en tant que flux de données parmi les autres usages “data”. Cela permettrait de libérer les ressources dédiées au transit de la voix et de les réaffecter aux données.

La solution, qu’on peut qualifier de « Voice over HSPA », s’apparente à ce qu’on peut déjà voir du côté de la VoIP, si ce n’est qu’elle est adaptée à de tels réseaux, et surtout, qu’elle est normée. Cela signifie qu’elle pourrait très bien être intégrée dans les nouveaux standards, comme la prochaine mise à jour de la 3G+ (release 7).


Alors, verra-t-on prochainement nos téléphones portables et nos opérateurs intégrer cette nouvelle technologie (en principe totalement transparente pour l’utilisateur) ? Cela dépendra grandement de l’avis du 3GPP, le consortium décidant des évolutions à implémenter dans les spécifications de la 3G.

Source : Business mobile

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

7 commentaires

  1. Concrètement, la solution serait de faire passer la voix, non pas sur un canal dédié comme c’est actuellement le cas, mais en tant que flux de données parmi les autres usages “data”.
    Ce n'est ni plus ni moins que ce que propose la 4G: du "full data over IP". Rien de neuf là dedans.

  2. Pour la VoIP sur internet, on a déjà diffserv, les label ipv6, voir RSVP en périphérie du réseau. La neutralité réseau fait que si vous avez une congestion au niveau du lien descendant (cf mobile) et que vous avez beaucoup de paquets de sources différentes (genre p2p), visionner un site www ne va pas être facile car vous allez saturer la part de bande passante du lien descendant allouer à votre IP (voir préfix IPv6). Car vous pouvez gérer vos paquets sortant, mais pas entrant sauf avec des protocoles du genre RSVP. Et dans ce cas, les OS des terminaux devront gérer des profiles d'utilisation de la bande passante afin de programmer la borne en amont...

  3. mouais, le canal voix avait l'avantage d'etre a peu près garanti, alors que la data est en best effort. Y a pas de magie ce que l'on gagne (plus de donnée) d'un coté on le perd d'un autre coté (latence, pas de débit garanti, ...)

  4. ynos a écrit :
    Concrètement, la solution serait de faire passer la voix, non pas sur un canal dédié comme c’est actuellement le cas, mais en tant que flux de données parmi les autres usages “data”.
    Ce n'est ni plus ni moins que ce que propose la 4G: du "full data over IP". Rien de neuf là dedans.
    Tu parles au niveau application (IP), alors qu'ils parlent au niveau physique (WCDMA/Radio) Ca n'a rien à voir. Comme dit dans l'article la voix passe dans des canaux physiques dédiés, l'HSDPA passe dans des canaux partagés, càd une capacité plus grande mais partagée par tous en fonction de la charge. C'est utile pour l'HSDPA qui a des débits par pics : on télécharge vite pendant pas longtemps, puis on fait rien, etc. C'est plus efficace pour la data. Ils parlent de faire passer la voix sur ces canaux partagés, car ils ont une meilleure efficacité spectrale. C'est pas forcément con, même si on gagne pas grand chose (un appel voix = 10kbit/s environ)

  5. Pas grand connaisseur de la chose, mais si le rapport qualité est le même qu'entre les lignes FT et la téléphonie IP de nos boxes chéries, on va devoir se remettre au Morse pour comprendre quelque chose. la qualité son des communications mobiles sont déjà assez aléatoires, pour rajouter des algorithmes de compression et des paquets data qui se perdent ou ont du retard à l'arrivé comme a la poste!. vive le progrès!

  6. Réagir sur le forum