Nokia ressuscite le Nokia 3310, un piège pour nostalgiques

2

Récemment revenu à la conception de téléphones, Nokia a présenté un « nouveau » Nokia 3310. Faut-il craquer pour ce nouvel appareil, surfant sur la nostalgie des années 2000 ?

Très populaire dans le début des années 2000, le Nokia 3310 était une des références les plus courantes et bon marché chez les opérateurs mobiles. Tant et si bien qu’il reste, à l’heure actuelle, un des modèles de téléphone les plus vendus de tous les temps. Depuis, il a acquis un statut culte, beaucoup de nostalgiques vantant ses qualités : solidité, autonomie…

C’est sur la base de ce nom prestigieux que Nokia lance un tout nouveau téléphone. Le Nokia 3310 nouvelle génération arbore ainsi une coque évoquant les formes arrondies du vénérable ancêtre. Il prétend aussi renouer avec l’autonomie record des téléphones d’antan : jusqu’à un mois en veille. Mais les similitudes s’arrêtent là…

Un « dumbphone » design, plutôt cher

Au premier coup d’œil, impossible de confondre ce nouveau modèle avec le précédent. Remis au goût du jour, le Nokia 3310 arbore désormais des couleurs vives, ainsi qu’un écran couleur de 2,4 pouces. Il est également plus léger et plus fin que l’original. Le constructeur joue à fond sur la carte de la nostalgie, en intégrant la sonnerie classique « Nokia » monophonique et un jeu « Snake » modernisé.

Du côté des spécifications, pourtant, il faudra se méfier : Nokia se contente du strict minimum avec un téléphone exclusivement 2G. Un réseau dépassé qui pourrait causer de nombreux désagréments aux potentiels consommateurs. Rappelons, par exemple, que Free Mobile ne dispose pas de son propre réseau 2G : il utilise pour cela l’itinérance sur le réseau d’Orange, mais celle-ci pourrait bien ne pas durer éternellement. Autre exemple : aux États-Unis, l’opérateur n°1 AT&T a mis fin à son réseau 2G en début d’année et invité les derniers possesseurs d’un mobile 2G à migrer vers des références compatibles 3G pour pouvoir continuer à téléphoner.

Le tout est proposé pour environ 50 €, ce qui est plutôt cher pour un « dumbphone » : des références permettant de téléphoner et envoyer des SMS existent un peu partout (notamment chez Samsung et Alcatel). Ils n’ont rien à envier au nouveau 3310 en terme d’autonomie, et se trouvent dans la plupart des boutiques de vente de mobiles pour une trentaine d’euros, 3G incluse. La fibre nostalgique ne fait pas tout…

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. Ouais, c'est con, ils auraient pu y mettre la 3G et un appareil photo meilleur, beaucoup de personnes, notamment les seniors, y auraient trouvé leur bonheur.

  2. Réagir sur le forum