Montebourg insiste : “nous ferons trois opérateurs” !

20

Arnaud Montebourg, nouveau ministre de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique, persiste et signe : il souhaite tout faire pour voir revenir un marché à trois opérateurs mobiles.

Dans le cadre d’un colloque organisé par l’Avicca ce mardi, il a réitéré son intention de repasser à trois opérateurs : « Nous y arriverons, nous ferons trois opérateurs capables d’investir, qui cessent de détruire de l’emploi, de s’entretuer – et pas seulement dans les colonnes des journaux mais également dans des batailles spéculatives – pour enfin construire avec l’Etat une stratégie de révolution numérique », a-t-il déclaré. « La consolidation des opérateurs, on s’en occupe. On n’a pas toujours réussi, parce que vous le savez le marché est libre, les conseils d’administration sont libres (…) l’Etat aussi, mais il prend ses responsabilités et il dit ses préférences »

La veille, déjà, suite à l’annonce d’un probable plan social de grande ampleur chez Bouygues Telecom, il invitait l’opérateur à envisager une fusion avec un de des concurrents. « Il est parfaitement possible aujourd’hui à deux opérateurs de fusionner et monsieur Bouygues est parfaitement en mesure d’imaginer des solutions avec d’autres que SFR (…). Je l’y invite, il le sait, je le lui ai dit », avait-il affirmé.

Après le rachat de SFR par le groupe Altice-Numericable, les perspectives de rapprochement sont de plus en plus limitées. La marge de manœuvre de l’opérateur historique, Orange, étant très limitée par la réglementation, un mariage entre Bouygues Telecom et Iliad-Free s’affiche désormais comme le seul scénario possible, selon de nombreux observateurs.

Source : La Tribune

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

20 commentaires

  1. Franchement que se soit iliad ou bouygue ils doivent bien se contre faire de ce que peu dire ce ministre de pacotille qui n'a rien reussis depuis qu'il est la, et jamais rien fais de concret avant.

  2. Montebourg est là pour défendre les rentrées d'argent dans les caisses de l'Etat. Il veut moins de concurrence = des pris + élevés, donc + de rentrées (dividendes via Orange) et peut-être +TVA et + d'impôts...


  3. [b]modéré par Sébastien : propos hors sujet et dégradant envers un ministre, on peut ne pas être en accord avec ses opinions, mais ça ne donne pas le droit de l'insulter[/b]

  4. @Sindri: Évite quand même les injures hein... Après, tu penses ce que tu veux de notre ministre, là n'est pas le problème.
    Pour en revenir au sujet, ce que je ne comprends pas, c'est qu'au final, si BT prévoie des licenciements secs, ce n'est pas en fusionnant avec un autre que cela va changer la donne.
    Je reste persuadé que ce n'est pas le nombre d'opérateurs qui compte mais la volonté qu'au moins l'un d'eux cherche à trouver une offre qui n'est pas uniquement faite pour flouter les clients.
    Quoi qu'il en soit, on voit quand même se profiler un avenir, qui, au moins à court terme, n'est pas spécialement élogieux pour la partie téléphonie mobile. Je reste persuadé cependant, vu le nombre énorme et anormal de points de vente qui s'étaient multipliés ces dernières années (uniquement justifiées pour expliquer la foultitude d'offres disponibles), qu'il s'agit d'une bulle qui éclate... En espérant que cela ne soit pas aussi problématique...

  5. Je vois pas du tout de quoi vous parlez. On a eu droit recemment a une etude qui nous prouvait par A + B que "TOUT VA BIEN" !! Les investissements ont augmente, le nombre d'emplois dans les telecom a augmente, les consommateurs payent moins cher, bref on vit un reve eveilles dans le monde des telecom et la tout d'un coup, patatras, on nous dit fusion, 2000 emplois en moins ???

  6. @arpa463x,
    Si nos dirigeants politiques réfléchissaient sur le moyen et long terme, sur l'intérêt de la nation  alors nous ne serions pas dans cette m***e.
    A court-terme l'Etat a besoin d'argent  et Orange peut en amener via des dividendes, c'est du moins ce que doit penser Montebourg.
    Il y a beaucoup de confusion dans nos pensées liée à un usage incorrect des mots, nos gouvernements ne font plus de l'Economie, mais plutôt de la finance. Par exemple revenir à 39H répond à un besoin de produire à moindre coût, mais n'a aucun sens en terme économique notamment à plus long terme et dans un monde globalisé.
    [b]modéré par Sébastien : attention aux mots employés[/b]

  7. Réagir sur le forum