Les syndicats CFDT, CGT et SUD de Free veulent être entendus par Montebourg

20

Parlant au nom des salariés, les principaux syndicats de Free (la CFDT, la CGT et SUD) sont à l’origine de la demande de rencontre avec le ministre Arnaud Montebourg.

Dans une dépêche AFP, Ahmed Tarmoul, délégué syndical CFDT, explique sa démarche : « nous allons écrire au ministre du Redressement productif pour réclamer des explications » et connaître « la position du gouvernement par rapport aux salariés du groupe Iliad », a-t-il expliqué. La CFDT, majoritaire au sein du groupe Iliad, est soutenue par la CGT et SUD dans sa démarche.

Face aux propos récemment tenus par le ministre, qui n’hésite pas à juger Free Mobile au moins partiellement responsable des licenciements au sein du groupe Alcatel, les employés de Free se sentent oubliés. « Nous aussi, on est des salariés, au même titre que les salariés d’Orange, Bouygues ou SFR », estime Ahmed Tarmoul.

« On n’a pas jugé utile de parler avant, mais cette fois-ci, je crois qu’il est important de parler parce que le gouvernement a le pouvoir d’impacter notre marque », poursuit-il. « Notre crainte aujourd’hui, c’est que le groupe risque de ralentir les investissements et les recrutements parce qu’ils ont peur que le gouvernement change d’avis par rapport à cette licence, ou rajoute des contraintes financières ».

Source : AFP

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

20 commentaires

  1. Bah voilà, on a les noms des syndicats. C'est bien mieux quand c'est pas anonyme...

    Ils ont raison d'aller défendre leur boulot !

    Le problème avec la CGC-UNSA d'Orange (voir tous les articles parus sur Freenews), c'est qu'ils ne défendent pas leur boulot, mais les intérêts de leur patron et de leurs actionnaires.

    KarlNL

  2. Patoun a écrit :

    Aller les trolls .... au boulot.


    Vu sous cette Angle c'est déjà plus clair et le message n'ai plus vraiment le même.  La le discourt est bien de défendre la cause des salariés et de l'emploi, donc on ne peu que valider et pas besoin de troller :)

  3. Patoun a écrit :

    Aller les trolls .... au boulot.


    Allez tiens, je vais m'y coller.
    Ce qui me gêne dans l'article c'est de dire que les syndicats nommés parlent au nom DES salariés, quand on voit ce qu'ils demandent en général et surtout la représenattivité qu'ils ont.... c'est rarement pour les salariés qu'ils parlent

    Mais au moins, maintenant je suis moins surpris... ce ne sont pas les salariés qui veulent rencontrer le ministre mais les syndicats... on revient à la normalité ;)

  4. doppel a écrit :

    Ce qui me gêne dans l'article c'est de dire que les syndicats nommés parlent au nom DES salariés, quand on voit ce qu'ils demandent en général et surtout la représenattivité qu'ils ont.... c'est rarement pour les salariés qu'ils parlent

    Les syndicats sont des groupements dont le but même est de représenter les salariés. Le plus important syndicat au sein de Free est donc un MINIMUM représentatif, c'est encore plus vrai lorsque les trois principaux syndicats font partie de ce mouvement.

    Pouvoir coller une étiquette sur le mouvement permet de mieux se rendre compte de son ampleur, alors que "des salariés" donnait l'impression d'un mouvement désorganisé, et probablement marginal.

  5. Yoann Ferret a écrit :

    Les syndicats sont des groupements dont le but même est de représenter les salariés. Le plus important syndicat au sein de Free est donc un MINIMUM représentatif, c'est encore plus vrai lorsque les trois principaux syndicats font partie de ce mouvement.

    Pouvoir coller une étiquette sur le mouvement permet de mieux se rendre compte de son ampleur, alors que "des salariés" donnait l'impression d'un mouvement désorganisé, et probablement marginal.


    Merci, pour se rappel... oui le but premier d'un syndicat est de représenter et de défendre les interets des salarié, mais dans certaines entreprises, le plus gros syndicat représente moins de 10% des salariés, peut-on alors parler  de réprésentativité. D'ailleurs, c'est un vrai sujet depuis quelques temps que la représentativité des syndicats, mais bon cela dépasse le cadre de cet article.
    Je ne connais pas les chiffres de ces syndicats, et je le rapelle mon message était juste parce que la "défense" de Patoun était un appel aux trolls.... super commentaire soit dit en passant.

    Ensuite pour l'ampleur de mouvement .....bof bof... et personnellement, un mouvement des salariés m'auraient beaucoup plus impressioné

    Et au final, comme je le disais, on revient à un fonctionnement classique où un ou plusieurs syndicats interviennent.

  6. doppel a écrit :

    Merci, pour se rappel... oui le but premier d'un syndicat est de représenter et de défendre les interets des salarié, mais dans certaines entreprises, le plus gros syndicat représente moins de 10% des salariés, peut-on alors parler  de réprésentativité.

    Oui, évidemment ! Car 10% de salariés, d'une part, c'est déjà une grosse proportion (surtout dans des grands groupes comme Iliad), d'autre part il s'agit de 10% concertés, unis et émettant un avis commun. En d'autres termes, le fait d'être organisé, réuni, donne de la valeur et du crédit aux propos (qui ne sont pas émis à titre personnel).

    Ensuite pour l'ampleur de mouvement .....bof bof... et personnellement, un mouvement des salariés m'auraient beaucoup plus impressioné

    Un mouvement "de salariés" n'est globalement pas quantifiable, et n'est pas non plus organisé : qui prend la parole, comment peut-on savoir s'il parle en son nom propre ou au nom d'autres salariés (qui, combien ? comment le croire sur parole ?). C'est pourquoi pour se faire entendre, les salariés se rassemblent généralement dans ce qu'on appelle des syndicats. Les syndicats SONT des "mouvements de salariés". Mais on tourne un peu en rond, j'ai l'impression ;)

  7. On tourne en rond en effet et on sort un peu de la news en effet.
    Mais ;) J'aurais juste quelques remarques :
    1) quand je parlais des 10%, ce n'était pas de gens ayant leur carte du syndicat, mais ayant voté pour lui lors des élections de délégué du personnel par exemple. Car effectivement si les syndicats avait 10% d'encarté dans les boites ça serait énorme. Et c'est le gros problème de nos jours
    2) ce n'est pas parce que le syndicat parle, qu'il représente effectivement la voix unique et concerté de tous ces membres ou surtout (cf point 1) des salariés ayant voté pour lui dans la boite, car je ne pense pas qu'il ait fait une réunion avant pour leur demandé leur point de vue... mais bon la c'est le jeu de toute représentativité.
    Cf. certaines attaques de syndicats d'Orange, qui représentait potentiellement moins les salariés que d'autres interêts
    3) un mouvement de salariés facilement quantifiable est la grêve ou une pétition par exemple

  8. Réagir sur le forum