Les maires des grandes villes inquiets du déploiement des antennes Free Mobile

19

Une seule solution, la concertation

L’Association des maires de grandes villes de France a manifesté son inquiétude face au déploiement du réseau du quatrième opérateur mobile français, Free Mobile.

L’AMGVF précise que l’arrivée du nouvel opérateur est considérée comme une « bonne nouvelle », mais rappelle que Free Mobile a pour objectif l’installation de « 1 600 antennes relais d’ici la fin de 2012 ». Elle évoque un « véritable casse-tête pour les élus locaux », qui doivent concilier les demandes des opérateurs (accès aux points hauts, aux immeubles, etc.) et celles des riverains, bien souvent opposés à la pose de nouvelles antennes.

Dotés d’un pouvoir très limité concernant l’installation d’antennes-relais, conformément à une décision du Conseil d’État d’octobre 2011, les maires appellent les acteurs impliqués à un plus grand respect des dispositions évoquées lors du « Grenelle des ondes ».

L’association insiste notamment sur la mise en place de trois préconisations :

- les réunions publiques indispensables organisées par les opérateurs doivent impérativement être présidées par un représentant de l’État seul à même de rassurer les populations sur l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé,

- les dossiers d’implantation des opérateurs déposés en mairie doivent être assortis systématiquement d’une simulation de l’exposition aux ondes électromagnétiques induites par l’installation de la nouvelle antenne,

- une réflexion doit être engagée au plus vite sur les moyens d’imposer davantage de mutualisation aux opérateurs de téléphonie mobile, les capacités d’accueil des grandes agglomérations étant limitées.

En ce sens, l’AMGVF organisera un colloque le 4 avril prochain, à Valence, où l’ensemble des parties prenantes seront invitées.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

19 commentaires

  1. "une réflexion doit être engagée au plus vite sur les moyens d’imposer davantage de mutualisation aux opérateurs de téléphonie mobile, les capacités d’accueil des grandes agglomérations étant limitées."
    C'est simple, c'est la seule solution raisonnable. Y a-t-il _une seule_ action du gouvernement en ce sens ?...

  2. Ils pourraient pas se débrouiller que le réseau physique appartienne à TDF ou une quelconque société publique,
    qui louerait les installations aux opérateurs.

  3. quand il s'agit d'installer des radars, les mêmes maires ne disent rien; qu'ils fassent leur boulot avec un peu d’honnêteté, ça nous changera. Ils ne touchent pas assez avec les antennes? Il n'y a vraiment que ça qui les intéresse. Quand il s'agit d'accorder des permis de construire illégaux aux copains (vu à côté de chez moi, en région Rennaise) ils sont moins regardants!

  4. La question est de savoir pourquoi la mutualisation n'a pas été obligatoire dès le départ, imaginons qu'il y ait quelques nouveaux opérateurs dans le futur (après tout la concurrence...), nous aurions le bonheur de multiplier les hideuses antennes partout.
    Et que je sache pour la télé c'est bien le cas (TDF gère le réseau, en totalité ?), alors quid de la téléphonie bientôt presque TV aussi  :P

  5. Réagir sur le forum