Les hébergeurs français unis contre la loi Renseignement

4

La loi Renseignement, qui inclut un volet très contesté de surveillance généralisée du net, s’est mis à dos les sociétés d’hébergement françaises.

Sept des plus grands hébergeurs français, parmi lesquels OVH, Gandi, Ikoula, ou Online (filiale d’hébergement du groupe Iliad) ont signé un communiqué commun, dans lequel ils expliquent que si la loi vient à passer, cela les « contraindra à l’exil ». En cause : la pose de boîtes noires sur toutes les connexions, un projet « non seulement liberticide, mais également anti-économique, et pour l’essentiel, inefficace par rapport à son objectif ».

Concrètement, les hébergeurs français ne seront plus en mesure de garantir à leurs clients la stricte confidentialité de leurs données, s’ils sont contraints de mettre en place de tels mouchards « aux contours flous » dans leurs infrastructures, puisque c’est donner aux renseignements français un accès illimité et incontrôlé aux données qui y circulent. Sans détour, le communiqué pointe du doigt un « risque de nombreuses dérives, qui feraient entrer la France dans une surveillance de masse telle que nous ne l’avons jamais connue ». En plus d’être dangereuse pour les libertés, cette loi s’avèrera probablement inefficace : « une organisation terroriste bien structurée saura échapper à ces mesures ».

Le danger pèse sur les start-ups et sociétés françaises investies dans le numérique, qui n’existeraient pas sans hébergeurs. Mais ces derniers ont également un grand nombre de clients étrangers (représentant jusqu’à 30 à 40% de leur chiffre d’affaires) qui deviennent parfois clients de la France pour échapper à des lois liberticides dans leurs propres pays. « Ces clients viennent parce qu’il n’y a pas de Patriot Act en France, que la protection des données des entreprises et des personnes est considérée comme importante ».

Le risque de fuite de ces abonnés est évident, d’où un constat : pour continuer à garantir une véritable confidentialité, et échapper à la surveillance gouvernementale, les hébergeurs français seront contraints de délocaliser leurs services à l’étranger. Suppressions d’emploi en France à l’appui…

Lire l’intégralité du communiqué

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

4 commentaires

  1. Comme ils disent en Suisse, la France est un pays qui cherchent continuellement à descendre encore plus bas...
    La surveillance de masse ne sert à rien. La preuve aux États-Unis elle n'a pas empêchée l'attentat de Boston, elle n'empêche pas des gens de rentrer dans des écoles pour tirer sur tout ce qui bouge. De plus les gens qui ont des choses à cacher trouverons toujours d'autres moyens pour communiquer.
    Mais non, on copie bêtement le voisin, avec des règles liberticides soit disant pour le bien de tous...

  2. Ce sont nos décideurs que les citoyens auraient du mettre sous surveillance... et depuis de nombreuses décennies déjà.
    Nous nous serions rapidement rendu compte de leur incomptence !

  3. Cette Loi est anti démocratique, sous prétexte de pièger les terroristes, ce sont l'ensemble des internautes qui seront fliqués...! Il serait préférable que notre gouvernement, laisse en prison les terroristes avérés, qui sous prétexte de réduction de peine se retrouvent en liberté et commettent des assassinats..!
    Bravo Mme Taubira et votre gouvernement... Les extrèmes seront bientôt au pouvoir grâce à ce laxisme et à vos lois permicives!!!  :(

  4. Réagir sur le forum