Les députés veulent afficher l’exposition aux ondes des téléphones portables

10

Dans le cadre du projet de loi Grenelle II pour l’environnement, le député UMP Bertrand Pancher a suggéré de renforcer l’affichage concernant l’exposition aux ondes de téléphone portable, que ce soit pour les antennes ou pour les téléphones eux-mêmes. Avant même l’adoption d’un tel amendement, l’idée est sujette à controverse…

C’est au sein de la Commission du Développement Durable de l’Assemblée nationale que la proposition fait débat. Si les dispositions actuelles imposent déjà la mention des seuils d’exposition des téléphones portables (dans les notices, sur les sites web…), ces données techniques ne semblent pas suffisantes pour Bertrand Pancher qui réclame un meilleur affichage « de façon lisible et en français ». Selon un fabricant de mobiles, une telle disposition aurait pour conséquence d’« alimenter le spectre d’un danger public »

Il serait également envisagé de recourir à l’affichage pour prévenir des seuils d’émission des antennes-relais. Dans ce cas, les premiers concernés seront les “points chauds” où le taux d’exposition est supérieur à la moyenne nationale. Voilà qui ramène sur le tapis un autre problème : faut-il diminuer la puissance d’émission des antennes-relais, voire recourir à des pico-antennes disséminées partout dans les villes ? Bonne idée pour certains (dont le maire de Paris, Bertrand Delanoë), catastrophe pour d’autres… le débat n’a pas fini de faire rage.

Les discussions parlementaires autour du projet de loi Grenelle II auront lieu à partir du mois de mai.

Source : Les Echos

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction]
Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

10 commentaires

  1. il faudra alors le faire egalement pour les nouvelle télé Oled devant les quelle de plus en plus de français passe de temps, faute d'argent et d'idées pour faire autre chose. Les micro ondes qui sont devenue en peu de temps l'outil essenciel de la cuisine, ainsi que les lampe dites à economies denergie que tous les bons françois bien de chez nous s'attachent à éteindre et allumé en permanence pensant qui feront encore plus d'economie... Ah ils seraient prêts à croire n'importe quoi nos bidochons... Alors pourquoi pas....

  2. Freenews a écrit :
    Selon un fabricant de mobiles, une telle disposition aurait pour conséquence d’« alimenter le spectre d’un danger public »...
    Pas a l'aise dans ses baskets ce fabricant de mobile .Les mentions de risques sur les produits de conso n'en reduisent pas spécialement l'usage . les consommateurs sont pas des moutons , laisser les gens dans l'ignorance les rend suspicieux.

  3. TMO2 a écrit :
    Selon un fabricant de mobiles, une telle disposition aurait pour conséquence d’« alimenter le spectre d’un danger public »...
    Pas a l'aise dans ses baskets ce fabricant de mobile .Les mentions de risques sur les produits de conso n'en reduisent pas spécialement l'usage . les consommateurs sont pas des moutons , laisser les gens dans l'ignorance les rend suspicieux.
    Je ne suis pas sûr que diaboliser le téléphone à la manière des cigarettes soit la meilleure des solutions. Les taux d'exposition sont déjà mentionnés, que faut-il de plus ? Je rejoins totalement l'avis du constructeur, pour le coup ; y'a un vrai risque de faire passer le téléphone portable pour un espèce de danger public. Cela ne fait plus partie du "principe de précaution", ça va bien au delà et ce serait la première fois qu'on labellise à outrance (un peu comme un "produit dangereux") quelque chose dont la nocivité reste encore à démontrer !

  4. yoann007 a écrit :
    [quote=Freenews]Selon un fabricant de mobiles, une telle disposition aurait pour conséquence d’« alimenter le spectre d’un danger public »...
    Pas a l'aise dans ses baskets ce fabricant de mobile .Les mentions de risques sur les produits de conso n'en reduisent pas spécialement l'usage . les consommateurs sont pas des moutons , laisser les gens dans l'ignorance les rend suspicieux.
    Je ne suis pas sûr que diaboliser le téléphone à la manière des cigarettes soit la meilleure des solutions. Les taux d'exposition sont déjà mentionnés, que faut-il de plus ? Je rejoins totalement l'avis du constructeur, pour le coup ; y'a un vrai risque de faire passer le téléphone portable pour un espèce de danger public. Cela ne fait plus partie du "principe de précaution", ça va bien au delà et ce serait la première fois qu'on labellise à outrance (un peu comme un "produit dangereux") quelque chose dont la nocivité reste encore à démontrer ! Alimenter la légende hurbaine, pour casser le 4 eme opérateur peut être?

  5. thesatch22 a écrit :
    [quote=TMO2] Pas a l'aise dans ses baskets ce fabricant de mobile .Les mentions de risques sur les produits de conso n'en reduisent pas spécialement l'usage . les consommateurs sont pas des moutons , laisser les gens dans l'ignorance les rend suspicieux.
    Je ne suis pas sûr que diaboliser le téléphone à la manière des cigarettes soit la meilleure des solutions. Les taux d'exposition sont déjà mentionnés, que faut-il de plus ? Je rejoins totalement l'avis du constructeur, pour le coup ; y'a un vrai risque de faire passer le téléphone portable pour un espèce de danger public. Cela ne fait plus partie du "principe de précaution", ça va bien au delà et ce serait la première fois qu'on labellise à outrance (un peu comme un "produit dangereux") quelque chose dont la nocivité reste encore à démontrer !
    Alimenter la légende hurbaine, pour casser le 4 eme opérateur peut être? Bon exemple la cigarette , produit réputé dangereux , dont l'affichage sur le paquet n'a pas reduit la conso . D'autre exemples existent ... Le marché du portable est plus que mature , son usage ne baissera pas .par contre une mention plus visible sur le niveau d'émission amènera probablement ( a l'image de l'auto avec le niveau de CO²) les constructeur et équipementier a réduire le niveau de pollution des ondes .

  6. TMO2 a écrit :
    [quote=yoann007] Je ne suis pas sûr que diaboliser le téléphone à la manière des cigarettes soit la meilleure des solutions. Les taux d'exposition sont déjà mentionnés, que faut-il de plus ? Je rejoins totalement l'avis du constructeur, pour le coup ; y'a un vrai risque de faire passer le téléphone portable pour un espèce de danger public. Cela ne fait plus partie du "principe de précaution", ça va bien au delà et ce serait la première fois qu'on labellise à outrance (un peu comme un "produit dangereux") quelque chose dont la nocivité reste encore à démontrer !
    Alimenter la légende hurbaine, pour casser le 4 eme opérateur peut être?
    Bon exemple la cigarette , produit réputé dangereux , dont l'affichage sur le paquet n'a pas reduit la conso . D'autre exemples existent ... Le marché du portable est plus que mature , son usage ne baissera pas .par contre une mention plus visible sur le niveau d'émission amènera probablement ( a l'image de l'auto avec le niveau de CO²) les constructeur et équipementier a réduire le niveau de pollution des ondes . Encore une fois tu en parles comme si c'était un danger... ne faudrait-il pas commencer par démontrer la dite nocivité avant de sortir les gros stickers et les alertes ?

  7. ils ont vraiment "rien d'autre a foutre" les députés je suppose que pour faire style de bosser, l'un d'eux a sorti ca du fond de son sac dans le genre "mais si c'est une bonne idée et ont donne l'impression qu'on fait une bonne action!" d'ailleurs c'est la base de toute les lois bidons dont on nous abreuve: - semblant de fausse bonne idée (check) - effet nefaste pour la population/consomateur (check) - permet de faire des tunes d'une facon ou d'une autre (check) - fera d'eux la risée des livres d'histoire dans 100 ans si on est encore la (check) bravo les gars :p

  8. yoann007 a écrit :
    Encore une fois tu en parles comme si c'était un danger... ne faudrait-il pas commencer par démontrer la dite nocivité avant de sortir les gros stickers et les alertes ?
    Que penses-tu du rapport bioinitiative ?

  9. le truc de 2007 ? franchement "bof". Où comment utiliser un argumentaire/jargon scientifique pour mieux convaincre. Ce type de rapport ne constitue qu'un plaidoyer en faveur d'une these soutenue par cette association. Il n'est constitué que d'une compilation d'études, et encore passées au filtre de ce qu'ils veulent bien entendre... D'ailleurs, vive les conflits d'intérêts qu'il y a autour de ce rapport ! Ca se dit être une expertise collective sauf que chaque partie est quasi-indépendante et sous la responsabilité de l'auteur. Alors que dans les rapports de "vrai" expertise collective scientifique, l'ensemble des auteurs ont un mot à dire sur l'ensemble des travaux... De plus aucune information sur la méthode de travail, l'organisation du collectif. Les chapitres représentent plus les convictions personnelles des auteurs, sans réelle confrontation avec les données scientifiques disponibles. C'est cool de montrer des résumés de congrès ou des morceaux d'articles qui n'ont pas été soumis à un comité de lecture ! La médiatisation du rapport a conduit plusieurs grandes institutions scientifiques à se pencher sur son contenu. En France, c'est l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail). Elle l'a juste "démoli" pour rester poli. Rien d'étonnant :) (sans pour autant nier qu'il y a des précautions à prendre). L’AFSSET reconnait l’existence d’effets non thermiques « incontestables » en présence des ondes radiofréquences et de la téléphonie mobile. C’est la première fois qu’une instance officielle s’exprime en des termes aussi nets. Sur la question des effets sanitaires, l’agence se veut plus nuancée et lance des recommandations d'usages : - privilégier les DAS les plus faibles (c'est marqué sur les téléphones, ça va de 1 à 10). - écourter les appels (moins de 15min/appel) - appeler et être appelé dans des endroits où l'on capte bien (sous-entendu qu'il ne faut pas réduire les antennes-relais...) - privilégier le kit main libre (et non bluetooch) (prenez le diamètre d'un CD, en gros c'est l'écart minimal à avoir au niveau des zones sensibles : tête/bassin) - pas de téléphones pour les enfants (- de 12 ans... même si on commence à dire que - de 15 ans serait pas mal). En fait, c'est juste des consignes de "bons sens".

  10. Raistlin a écrit :
    Encore une fois tu en parles comme si c'était un danger... ne faudrait-il pas commencer par démontrer la dite nocivité avant de sortir les gros stickers et les alertes ?
    Que penses-tu du rapport bioinitiative ?
    J'en pense qu'il ne vaut rien, pour un paquet de raisons (dès le départ il avait pour objectif de descendre les téléphones mobiles, c'est tout sauf une étude menée dans les règles). Je pense aussi qu'on passe un peu trop sous silence ce rapport-ci, mené beaucoup plus sérieusement : http://www.freenews.fr/spip.php?article7504

  11. Réagir sur le forum