Le secteur de la téléphonie mobile se porte bien, affirme l’ARCEP

22

Dans le cadre du Digiworld Summit de l’Idate, qui se déroule actuellement au Corum de Montpellier, le président de l’ARCEP, Jean-Ludovic Silicani, a tenu à rappeler que les opérateurs français se portent toujours bien, et affichent des marges confortables.

Alors que les trois opérateurs mobiles historiques tendent à dresser un tableau particulièrement alarmiste du marché depuis l’arrivée de Free Mobile, le gendarme des télécoms tient, par la voix de son principal représentant, à rétablir quelques vérités.

« Le secteur des télécoms en France connaît une croissance annuelle de 6% en volume, c’est bien une croissance, et c’est le secteur de l’économie française qui croît le plus vite », rappelle-t-il, face à un Jean-Yves Charlier (PDG de SFR) qui l’alertait sur la difficulté des opérateurs à maintenir leur niveau d’investissement. L’ensemble du secteur a certes subi une baisse des revenus ainsi que des marges. Mais ces dernières « restent très confortables, 30% de marge brute, quel secteur pourrait s’en prévaloir ? » lance J.-L. Silicani.

Alors que ses contradicteurs lui opposent le développement du réseau très haut débit mobile (4G) bien plus développé aux US, il rétorque : « les opérateurs américains ont dû beaucoup investir en 4G car ils ont sauté la case 3G. Si on observe les dépenses sur 10 ans, on se rend compte que le niveau global est identique à celui en France où les dépenses ont été régulières ». Et de prendre l’exemple de Bouygues Telecom, dont le taux de couverture de la population en 4G a déjà rejoint celui d’AT&T, premier opérateur outre-Atlantique.

- Lire l’article complet sur le site de ZDnet.fr

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

22 commentaires

  1. " Le secteur des télécoms en France connaît une croissance annuelle de 6% en volume, c’est bien une croissance"
    Certes, mais quelle est l'évolution du marché en valeur ? Enfin bon, les opérateurs défendent leur bout de gras, Silicani défend ses choix et arbitrages, rien de bien nouveau.

  2. S'était Engagé ou prévoyait?
    La sémantique est très différente.
    Sinon, je ne connais pas beaucoup de projets industriels qui respectent les délais contractuels. Que doit-on dire de tous leurs patrons, y compris celui de Bouygues, grand bâtisseur toujours hors-délai.

  3. Tu regardes ce document:  http://www.arcep.fr/uploads/tx_gsavis/09-1067.pdf 
    Tu vas page 14 et tu lis :
    1.1.2. Diversification des offres et dynamisation du marché actuel
    Dans cette partie sont examinés les offres de services ainsi que les engagements sur les services et les applications 3G qui seront proposés au lancement
    .... (Je passe quelques lignes)
    A l’ouverture du service seront commercialisés une offre prépayée et plusieurs forfaits (dont une offre clé 3G).
    ....(Je passe encore quelques lignes et j'ajoute un dernier extrait vu que c'est pas le style de Free de faire dans la demi-mesure)
    L’offre de clé 3G présente les limites classiques des offres de clés 3G mais est sensiblement plus généreuse que les offres existantes.

    Tu as raison, les mots ont leur importance, en l’occurrence Free parle d'engagement et ajoute en plus "A l'ouverture du service", on voit ce que ça donne 2 ans plus tard. Alors si les engagements vis à vis d'une autorité publique ont autant de valeur, on peut penser qu'effectivement les annonces faites dans le seul but de créer le buzz ont peu de chance de voir le jour à court terme.
    Si tu veux d'autres engagements de Free, tu en trouveras plein dans ce document.

  4. Réagir sur le forum