Le ministère de la Culture dote “l’acte 2 de l’exception culturelle” d’un site web

5

Le ministère de la Culture et de la Communication annonce l’ouverture d’un site web consacré à la mission de concertation sur “les contenus numériques et la politique culturelle à l’heure du numérique”, menée par Pierre Lescure.

Cet acte 2 de l’exception culturelle, comme le gouvernement se plaît à l’appeler, devrait définir la politique à venir pour les prochaines années sur des sujets tels que l’Hadopi, le téléchargement illégal, la chronologie des médias…

Le site web, mis en ligne ce jour, a pour but de « présenter » les objectifs et travaux de la mission, ainsi que ses membres. Il sera également possible d’y retrouver les retranscriptions des auditions prévues avec les différents acteurs du monde culturel. Pour le moment assez vide, le site proposera à partir du 25 septembre un espace d’expression où les Internautes pourront donner leur avis sur les propositions de réformes à venir.


Il est accessible à l’adresse www.culture-acte2.fr.

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

5 commentaires

  1. Exception culturelle, ou comment forcer la culture des gens, au lieu de leur laisser le choix.
    Il ne s'agit pas d'un patrimoine à préserver, mais de couper le peuple de la mondialisation de l'entertainement, pour favoriser la réussite de créateurs amis, et si ce n'est privés de talent en tout cas pas à la hauteur des enjeux.
    Regardez ce que font les autres: des programmes brillants qui s'exportent! le tout sans subvention ni manipulation des règles du commerce.
    C'est ça la culture du XXIe sciècle. Libérez la culture des frontières tricolores, et ne vous approchez pas de l'internet, seul espace nous permettant de nous affranchir de votre culture franchouillarde pré-digérée.

  2. Ce qui a d'étonnant c'est que beaucoup de produits dits culturels sont vendus comme des produits commerciaux et même avec des buts commerciaux: par exemple comme les albums qui incorporent des morceaux pour rameuter les acheteurs.
    Dans ce cas, à quoi bon protéger ces offres industrielles?

  3. Bon, alors concrétement le site et la mission, combien ça coûte en argent public? Parce qu'il y a quelques artistes qui auraient besoin d'un coup de pouce pendant ce temps... :o

  4. Hadopi fait tout à l'envers depuis le début, c'est clair :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/
    Mais quoi qu'on en dise rien de plus Orwellien que les principes genre licence globale :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/
    Ce qu'il faut surtout c'est quelque chose comme ça :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/
    C'est à dire principe atawad (any time any where any device) non monopolistique avec séparation claire entre organisations maintenant les bibliothèques personnelles (que des références pas des copies), et celles créant, éditant, diffusant, opérant, vendant, les contenus ou services.

  5. Réagir sur le forum