Le CSA plus favorable à une “coopération renforcée” avec l’Arcep qu’à une fusion

1

La perspective d’une fusion totale entre le CSA et l’Arcep semble devoir s’éloigner. Après un avis défavorable de l’Arcep, qui y préfère la création d’une « instance commune aux deux régulateurs », c’est au tour de Michel Boyon, président du CSA, de se montrer sceptique face à une telle mesure.

Dans une interview consacrée à la Lettre de l’Audiovisuel, Michel Boyon émet un avis similaire à celui de l’Arcep : pour lui, la création d’une « coopération institutionnelle renforcée » est préférable à une fusion, qui serait délicate à mettre en œuvre et ne permettrait pas de réaliser de réelles économies.

« Ce que j’avais imaginé lors des premières discussions ressemble au premier scénario de l’Arcep : une coopération institutionnelle renforcée, via la création d’une instance commune entre les autorités. Nous pouvons aussi imaginer une fusion totale ou une séparation des deux institutions. Je pense personnellement que si cela doit se faire, nous ne devons pas prendre cette décision à la légère et aller au bout des ambitions de l’État. Il est encore trop tôt pour que nous puissions prendre une décision.

(…)

Soit nous décidons que le système actuel fonctionne convenablement et nous le gardons jusqu’en 2017, soit nous pensons qu’il faut changer les choses. Si tel est le cas, nous devons aller à la hauteur de nos ambitions. Effectivement, cette fusion ne se fait pas au dessein de réaliser des économies. »

Source : la Lettre de l’Audiovisuel

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

1 commentaire

  1. "Je suis gentil regardez, non je ne suis pas le loup. l'ARCEP est bien à l'abri dans son poulailler institutionnel. Donc laissez moi y entrer, que je puisse quand même fliquer l'internet, comme en Chine"

  2. Réagir sur le forum