Justice : l’électrosensibilité reconnue comme handicap

9

C’est une première : la justice a accordé le statut d’handicapée à une plaignante atteinte d’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques.

Le jugement rendu début juillet par le tribunal du contentieux de l’incapacité de Toulouse pourrait bien faire jurisprudence : une femme de 39 ans, recluse dans une ferme sans électricité en Ariège, a été reconnue invalide à 85%. Elle touchera donc les aides correspondantes : 800 euros par mois, pendant 3 ans renouvelables. L’électrosensibilité n’est, à l’heure actuelle, pourtant pas reconnue en tant que maladie en France.

Cette forme d’hypersensibilité continue à faire débat au sein de la sphère scientifique. Si la plupart des organisations, dont l’OMS, s’accordent à reconnaître l’existence de certains symptômes, qui peuvent toutefois être « de gravité très variable » d’une personne à une autre, l’origine de ces maux est plus contestée. À l’heure actuelle, selon un rapport de l’OMS, il n’est pas possible de lier scientifiquement ces symptômes à une exposition aux ondes électromagnétiques. En d’autres termes, le corps médical n’écarte pas l’éventualité de troubles d’ordre psychosomatique.

L’association Robin des Toits, qui milite depuis longtemps pour une reconnaissance de la maladie et pour une diminution de l’émission des ondes dans l’espace public, a salué un « grand pas en avant pour la reconnaissance de ce Syndrome d’Électro-hypersensibilité ». Écartant les précautions d’usage, elle estime que « la Justice – comme souvent – est en avance sur les politiques ».

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

9 commentaires

  1. On a des patients qui souffrent de symptômes divers qui diffèrent d'un patient à un autre. Comme on ne connait pas la cause (ou les causes pour chaque pathologie de chaque patient), on l'impute par défaut à l'hypersensibilité.
    La justice dit quoi : On a une personne souffrante dont la souffrance est reconnue. Donc on peut la mettre en incapacité/invalidité.
    Ce qui ne va pas, c'est faire ce raccourci: s'il y a souffrance/incapacité alors l'électrosensibilité existe.
    Reste à dire aussi : il y a toujours eu des personnes souffrantes de pathologies dont la cause reste inconnue et cela même avant que les premières antennes débarquent...
    Au pire, en médecine, comme toujours, quand on ne sait pas, on dit que c'est à cause du stress. Maintenant, on dira que c'est à cause de l'hypersensibilité aux ondes. Comme quoi, robin des toits peuvent prétendre être médecin.

  2. Comme toujours, l'ignorance est reine dans ces débats ... et les raccourcis et faux raisonnements vont bon train.
    Comme dit eudilien, que le handicap soit reconnu n'a rien à voir avec un autre débat qui est la caractérisation médicale de l'hypersensibilité electromagnétique (maladie due aux ondes ou psycho somatique).
    Sur le fait que les symptomes soient réels et donc le handicap, tout le monde est d'accord, la décision du tribunal est donc un non-scoop.
    Mais ceux qui ne réfléchissent pas assez feront le raccourci de la cause réelle.
    Dans le même genre, un médicament placebo (l'homéopathie en particulier) fonctionne, et même très bien. Mais ce n'est pas pour ça qu'il faut faire le raccourci de dire qu'il marche à cause de ce qu'il y a dedans. D'où le fait que la sécu ne rembourse pas les médicaments dont les effets (liés à la molécule) ne sont pas démontrés.
    Ce qui me chagrine, c'est que les médias, plutôt que de faire leur boulot d'informer, se contentent d'opposer les scientifiques aux pro-electrosensibles (et de citer le seul médecin assez incompétent pour dire qu'il y croit -- super scientifique) comme si c'était deux point de vue et que la vérité était surement entre les deux.
    Les médias devraient plutôt rechercher les faits et éduquer les gens (les informer ensomme) plutôt que de vouloir toujours faire des compromis et montrer les hurluberlus, ce qui embrouille et augmente la désinformation au final.
    Autre connerie qu'on peut entendre : en Suede, cette maladie est reconnue donc c'est qu'elle existe. La encore, reconnaître une maladie ne signifie pas faire le lien entre cause et conséquence. On n'est jamais sur de rien, mais quand des dizaines d'études en aveugle montrent toutes la même chose, on peut considérer que jusqu'à preuve du contraire (ça peut arriver), on va partir sur l'hypothèse la plus probable.

  3. Je vais faire un raccourci, mais qui est très vrai et très parlant :
    Ce n'est aux juges de découvrir des maladies, mais au monde médical de le faire. Les juges ne sont la que pour valider le handicap : reconnaitre seulement que la personne est souffrante (c'est déjà pas mal).
    Un handicap est symptôme visible, en revanche déterminer et imputer l'entière responsabilité de ce handicap à une ou plusieurs causes n'est pas une chose aisée; surtout que l'environnement est multi-factoriel (pollution, alimentation, travail, milieu social, etc et finalement à la fin de cette longue liste : "pourquoi pas les ondes").
    A ce jour, toutes les études menées en double aveugle n'ont pas pu déceler d'électrosensibilité. Ce qui ne veut pas dire que cela n'existe pas, mais cela veut surtout dire qu'on est incapable de le savoir pour le moment.

  4. Tout à fait d'accord avec Eudilien.
    J'émets juste un bémol au niveau du jugement, n'ayant pas lu le procès verbal, je ne sais pas si le jugement reconnait uniquement le statut d'handicaper à la personne ou si il reconnait un handicap dû aux ondes, même si je pencherais comme le dit Eudilien pour le premier.

  5. le risque des ondes concerne surtout certaines installations professionnelles qui peuvent générer un champ électromagnétique d’une forte intensité (soudeuses haute fréquence, fours à induction, imagerie par résonnance magnétique…), et certaines activités professionnelles qui impliquent une exposition à des niveaux supérieurs aux expositions générales (proximité d’antennes de télécommunication, fours industriels à micro-ondes...) : voir La prévention des risques professionnels des champs électromagnétiques :  http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/rayonnements/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=126&dossid=338

  6. La femme qui est mentionnée dans l'article est présentée comme électrosensible quelque soit le niveau d'ondes. Elle s'était retirée dans une grotte d'une zone de montagne le plus loin de toutes émissions (reste les ondes satellites + le champs terrestre évidemment qui nous protège en continu). Si c'est bien la personne qui avait été interviewée lors d'un reportage sur France2, alors elle disait qu'elle ressentait les ondes des caméras et des micros. Et effectivement, que ce soit les ondes ou pas, son cas est vraiment pathologique.
    Pour ce qui concerne les installations professionnelles, oui il y a une réglementation. Car à haut seuil d'ondes, l'organisme chauffe vraiment, après y a-t-il d'autres conséquences que la chauffe, c'est là le débat acharné.

  7. Réagir sur le forum