La Hadopi limoge son secrétaire général

2

Sur fond de crise, le secrétaire général de la Hadopi, Éric Walter (en photo), a été remercié.

Licencié pour des prises de position peu appréciées des ayants droit. C’est en quelques mots ce qui est arrivé à Éric Walter. L’homme est réputé plus prompt au débat et à la réflexion sur les droits que ses collègues — en particulier Marie-Françoise Marais, présidente du collège de la Hadopi. C’est ce qui lui aura coûté sa place.

Aujourd’hui, Éric Walter révèle sur son compte Twitter avoir quitté l’institution. Next INpact confirme l’information, et ajoute qu’il s’agit en réalité d’un licenciement.

L’article de Next INpact rappelle que les ayants droit du cinéma s’étaient violemment opposés aux récentes décisions d’Éric Walter. En particulier, une étude sur la rémunération proportionnelle du partage avait provoqué leur fureur. Un tel système, évoqué comme une possibilité parmi d’autres par l’ex-secrétaire, aurait permis de légaliser un certain nombre d’usages qualifiés de « piratage » à l’heure actuelle, sur un modèle proche de la fameuse licence globale.

Signe d’une crise interne évidente, Marie-Françoise Marais avait elle-même renoncé à prendre la défense de son secrétaire général, lors d’une audition remarquée au Sénat, début juillet.

Source : Next INpact

Partager

A propos de l'auteur

[Responsable de la rédaction] Sévit également sur Café Gaming et Point de vue social.

2 commentaires

  1. Question, pourquoi les boulangers ne demandent pas de compensations pour les marques qui fabriquent des machines a pains.
    Alors pourquoi la musique ou le cinéma?
    Fred

  2. Les lobbies ont regagné leur pouvoir gouvernemental : la messe est dite.

    Un temps, on a cru que ça allait dans le bon sens, ce qui me semblait être de la poudre aux yeux pour justifier HADOPI. Mais les lobbies sont assez crétins (ou décomplexés) pour ne même plus avoir besoin de la facade "offre légale" et reprendre un contrôle total sur cet organisme payé par nous, agissant contre nous. Vive la démocratie.

  3. Réagir sur le forum